Accueil > Musique > 2020 > Nicolas Michaux - Amour Colère

Nicolas Michaux - Amour Colère

vendredi 25 septembre 2020, par Marc


J’avais décroché d’une chanson d’Eté ‘67 en entendant dans le Quartier de la Gare Des hommes dorment sous des cartons\Pendant que d’autres pensent à leur pognon”. Cette phrase est juste, pertinente et d’une manière inattaquable, mais elle n’a pas la charge qu’on attend d’une oeuvre artistique. Plusieurs années plus tard, on m’envoie le clip de Parrot de Nicolas Michaux (issu de la formation liégeoise) pour me donner envie d’en savoir plus. Et là, la conjonction d’une musique sautillante et millimétrée, le ton acide sans être cynique, le clip qui galvanise, tout s’emboite parfaitement. Si on dit qu’on n’a qu’une chance de faire une bonne première impression, il faut toujours laisser le temps de la maturation de la réflexion et de l’application des concepts.

Il a fait du chemin il faut dire, s’exilant en partie sur une île danoise et en étant membre du collectif Capitane Records qui nous avait déjà bien fait plaisir avec Under The Reefs Orchestra. Donc voilà, ce que propose maintenant Nicolas Michaux est bien différent. Ceci est son second album, le premier n’est pas passé dans nos radars. Et c’est dommage tant on s’est sentis à l’aise avec cette pop d’ambiance psychédélique, d’une langueur prenante. Il peut passer d’une langue à l’autre sans changer son style et c’est réussi dans les deux cas, performance assez rare (il ne mélange pas les langues sur les morceaux et ça aussi c’est une fort bonne idée). Le ton de la voix réussit le mélange de distance et d’intimité et il ne la pousse pas en avant. Donc on adhère assez vite et on ne le lâche plus.

Cette légèreté semble facile mais on sait qu’il n’en est rien, l’équilibre est compliqué à trouver et chaque auditeur peut suivre l’artiste ou pas. Dans le genre, on adhère plus vite qu’au second album de The Feather paru plus tôt dans l’année. La relative froideur plait aussi, proposant un agréable contrepoint.

The Parrot est un peu différent, avec son clip mais il s’enchasse parfaitement dans les reste. Parce que si le morceau est plus vif, le son reste le même. Si le propos est un peu politique, c’est de façon évasive et le traitement est peut-être plus proche de ce qu’en ferait Vampire Weekend que ce qu’on a entendu récemment chez les sombres I LIKE TRAINS.

Listen to the words the parrots says and try to repeat.

Ce n’est donc pas un album vindicatif, et les chansons de spleen et de rupture qui sont très à leur place. Son style accepte parfaitement de monter le tempo d’un cran (Factory Town). Amour Colère est un album qui s’apprécie dans doute mieux en étant dégusté d’une traite, avec toutes les nuances de traitement. Et si certains thèmes ne fleurent pas bon le bonheur (le cancer par exemple), le ton, le rythme et l’absence totale de pathos rendent l’exercice intéressant. Equilibre parfait on vous disait.

Quand on ne trouve pas d’équivalent à un artiste, on prend toujours ça comme un bon signe. Sans chercher l’originalité à tout prix, Nicolas Michaux a un univers cohérent qui s’incarne dans cet album faussement froid qui met l’auditeur à l’aise, auditeur qui devient vite compagnon.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Nicolas Michaux - Amour Colère 26 septembre 2020 07:12, par Laurent

    Que voilà un petit album, court et cohérent, bien agréable ma foi... J’ai particulièrement apprécié Une Seconde Chance, dont les inflexions vocales languissantes sonnent comme un pastiche de Bashung avant la mue. Je me souviens vaguement avoir écouté le précédent mais pas gardé un souvenir impérissable (tout comme Été 67 m’avait paru risible en son temps). Ici, il y a vraiment quelque chose qui se passe, et comme tu le soulignes ça passe aussi par l’homogénéité de l’ensemble. Gommette verte.

    repondre message

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)