Accueil > Musique > 2020 > Soft People - Absolute Boys

Soft People - Absolute Boys

vendredi 2 octobre 2020, par Marc


Caleb Nichols a fait partie de Port O’Brien, formation qui garde une place particulière en nos coeurs et dont l’éclectisme était une des nombreuses plaisantes caractéristiques. Cette propension à partir dans plein de directions était d’ailleurs une des marques de fabrique du premier album de Soft People. Pour le meilleur sans doute, la seconde livraison de John Metz et Caleb Nichols se fait moins versatile.

Pour le meilleur donc parce que la palette reste large et que les morceaux qui lui donnent chair sont vraiment convaincants et constituent un des plus fluides exemples de pop moderne. Si New Moon est un morceau de fort bon aloi qui déjà évolue bien et se fraye un chemin entre une basse bondissante à une dream-pop dense, ils peuvent enchaîner avec plus d’électronique sur Shot Through, avec pas mal d’écho et de reverb. Le résultat est indéniablement réussi, comme un New Order catapulté dans le 21ème siècle, avec une voix qui semble s’échapper à cause des effets (et pas par manque d’assurance comme chez les anciens Mancuniens).

Ce rapprochement pourra aussi être fait sur les synthés de la fin de William qui montre qu’il ne faut pas beaucoup pour relever un morceau quand il est aussi solidement composé. Mais ce n’est évidemment pas la seule tendance puisque Louis propose de l’enthousiasmante pop de carrousel. La voix est profonde et garnie d’effets, c’est impeccablement calibré. Les morceaux s’enchaînent comme autant d’amants avec autant de réussite, le vocodeur d’Alex évoquant même la douceur moderne de John Grant. Le plus langoureux et dense 22 Lunes nous rappelle qu’on avait aimé chez Fat White Family cette propension à faire du solide et léger à la fois. Quant à Ramon, il a la fluide complexité d’Atlas Sounds. Ce sont des rapprochements qu’on fait, ce ne sont en aucun cas des redites.

Exit les incursions vers l’avant-garde, bonjour les morceaux d’une mélancolie bien sentie et rendue et qui ne se départissent cependant jamais d’un allant certain. Plus léger, moins délirant, Absolute Boys montre sans doute une confiance accrue d’un duo qui mine de rien s’impose comme une valeur sûre, si pas une référence. Du côté des thèmes aussi, le côté plus vindicatif du premier a fait place à un album plus apolitique mais toujours résolument queer, glissant comme une douceur acidulée dans l’oreille.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)