Accueil > Critiques > 2020

Soft People - Absolute Boys

vendredi 2 octobre 2020, par marc


Caleb Nichols a fait partie de Port O’Brien, formation qui garde une place particulière en nos coeurs et dont l’éclectisme était une des nombreuses plaisantes caractéristiques. Cette propension à partir dans plein de directions était d’ailleurs une des marques de fabrique du premier album de Soft People. Pour le meilleur sans doute, la seconde livraison de John Metz et Caleb Nichols se fait moins versatile.

Pour le meilleur donc parce que la palette reste large et que les morceaux qui lui donnent chair sont vraiment convaincants et constituent un des plus fluides exemples de pop moderne. Si New Moon est un morceau de fort bon aloi qui déjà évolue bien et se fraye un chemin entre une basse bondissante à une dream-pop dense, ils peuvent enchaîner avec plus d’électronique sur Shot Through, avec pas mal d’écho et de reverb. Le résultat est indéniablement réussi, comme un New Order catapulté dans le 21ème siècle, avec une voix qui semble s’échapper à cause des effets (et pas par manque d’assurance comme chez les anciens Mancuniens).

Ce rapprochement pourra aussi être fait sur les synthés de la fin de William qui montre qu’il ne faut pas beaucoup pour relever un morceau quand il est aussi solidement composé. Mais ce n’est évidemment pas la seule tendance puisque Louis propose de l’enthousiasmante pop de carrousel. La voix est profonde et garnie d’effets, c’est impeccablement calibré. Les morceaux s’enchaînent comme autant d’amants avec autant de réussite, le vocodeur d’Alex évoquant même la douceur moderne de John Grant. Le plus langoureux et dense 22 Lunes nous rappelle qu’on avait aimé chez Fat White Family cette propension à faire du solide et léger à la fois. Quant à Ramon, il a la fluide complexité d’Atlas Sounds. Ce sont des rapprochements qu’on fait, ce ne sont en aucun cas des redites.

Exit les incursions vers l’avant-garde, bonjour les morceaux d’une mélancolie bien sentie et rendue et qui ne se départissent cependant jamais d’un allant certain. Plus léger, moins délirant, Absolute Boys montre sans doute une confiance accrue d’un duo qui mine de rien s’impose comme une valeur sûre, si pas une référence. Du côté des thèmes aussi, le côté plus vindicatif du premier a fait place à un album plus apolitique mais toujours résolument queer, glissant comme une douceur acidulée dans l’oreille.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)