Accueil > Musique > 2020 > Palo Alto - Différence et Répétition

Palo Alto - Différence et Répétition

vendredi 16 octobre 2020, par Marc


Il est des idées qui ne respirent pas la gaudriole. Quand un projet musical se met en tête d’évoquer l’oeuvre du philosophe Gilles Deleuze tout en ressuscitant l’esprit de Soft Machine, on se prépare à un défi intellectuel. Et en l’espèce on a un peu tort. Certes ce n’est pas un album pour profiter du soleil d’automne mais le trio formé de Jacques Barbéri, Laurent Pernice et Philippe Perreaudin reste dans des genres qui nous plaisent et d’une musicalité jamais démentie.

Les guitares acides de The Tears of Nietzsche se déplacent en brouillards, avec un sax en liberté pour un Résultat plutôt hypnotique. Rhizome commence par du drone, par une structure plus compacte bientôt pulsée par un synthé potentiellement analogique. Le climat s’installe, vrombit un peu. Et puis la pulsation arrive, inexorablement. Pour le coup, on est plus dans de l’ambient haut de gamme que dans de l’expérimentation pure. Les cordes sont triturées mais le beat est ferme.

C’est donc essentiellement de la musique instrumentale. Mais avec des lectures. Les textes sont pertinents, sans doute mais trop perchés pour votre peu érudit serviteur. Contrairement à ce que les titres en anglais laissent à penser, les lectures sont en français, la langue du philosophe mais aussi celle des intervenants. Notons d’ailleurs que Richard Pinhas qui participe ici a déjà fait de la musique avec Deleuze sur des textes de Nietzsche, on reste dans le même cercle de références donc, rien n’est dû au hasard sur ce genre de projet.

Alain Damasio propose ses propres textes sur un triptyque. Donc oui, c’est plus aventureux. Moins ludique que Houellebecq avec Bertrand Burgalat. Et d’une manière, il force une attention différente, un peu contre-productive par rapport à la musique, qui ne se fait qu’illustration sonore. Et c’est un peu dommage, surtout que la déclamation pourra rebuter. On se prend donc à préférer la longue plage finale qui ne joue pas de ruptures mais d’évolutions subtiles.

Cet étrange et souvent très bel objet se devait de sortir sur un label à la hauteur de l’enjeu et c’est du côté du très pointu et impeccable Sub Rosa (jetez un oeil à ce qui est disponible ici https://subrosalabel.bandcamp.com/) que ça parait. Le concept aventureux et ambitieux ne doit pas vous tromper, cette évocation musicale reste accessible et tout qui se frotte régulièrement à la musique instrumentale prendra un vrai plaisir ici. Parce que ce bel objet est suffisamment maitrisé pour intriguer sans décourager. Être favorable à la prose et à la diction d’Alain Damasio est évidemment un plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)