Accueil > Musique > 2020 > Snowdrops - Volutes

Snowdrops - Volutes

lundi 19 octobre 2020, par Marc


Le genre ‘musique instrumentale que j’adore écouter mais un peu imperméable au commentaire’ est une des grandes tendances de cette rentrée. Christine Ott fait partie de ces artistes dont on connaît bien mieux la musique qu’on ne le pense. Quand on apprend qu’elle a collaboré avec autant d’artistes qu’on adore comme Yann Tiersen, Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, on se sent tout de suite à l’aise. Mathieu Gabry est l’autre membre du duo français, comme ça les présentations sont faites. On apprend sans surprise que ce duo a commencé par des musiques de film tant cet album est riche en évocations.

On a évidemment déjà entendu des Ondes Marthenot. Si c’est la musique contemporaine qui en a fait les premiers usages (Varèse, Boulez, ce genre), des artistes plus ‘pop’ s’en sont emparés. Citons Radiohead ou The Notwist dans un passé récent. La maîtrise d’Ott en la matière lui permet de colorer chaque morceau différemment. Ces nappes ni électroniques ni vraiment organiques se marient en tous cas à merveille au piano et au violon très vivant d’Anne Irène-Kempf, pouvant même se faire pulsation sur Inception.

Trapezian Fields
est construit autour du piano, certes, mais l’ambiance sonore est tellement rehaussée que le mélange prend tout de suite, se permet de monter et descendre l’air de ne pas y toucher. Et puis l’équilibre se déplace, les cordes prennent temporairement le dessus. Difficile donc d’en parler, facile de se laisser porter.

Les densités se construisent par couches sur Ultraviolet. Ces densités plus sombres et distordues sur le bien nommé Odysseus. On se rappelle alors la collaboration avec des formations comme Oiseaux-Tempête dont le sens du voyage nous avait déjà frappés. Les ondes se font alors mélodiques ou lancinantes, avec un piano qui orchestre les montées. Pour reprendre un poncif du genre, on voit du pays sur ce qui constitue sans doute la pièce maîtresse de cet album. Vous l’aurez compris à l’abstraction des termes utilisés que ce bel album plaira à ceux qui peuvent se laisser emporter par une belle virtuosité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)