Accueil > Musique > 2020 > Sophia - Holding On/Letting Go

Sophia - Holding On/Letting Go

lundi 26 octobre 2020, par Marc


Dans sa longue histoire, Sophia nous a habitués à de longs intervalles entre les albums, à des sorties reportées encore et encore. Mais dans le cas de celui-ci, on savait qu’il était prêt, imminent, avant d’être repoussé pour cause de confinement et puis finalement avancé de quelques jours pour raison d’impatience. Les communications pleine d’empathie et d’auto-flagellation font aussi partie de ce qui nous lie tellement à Robin Proper-Sheppard.

S’il est un groupe dont on n’attend pas de changement, dont on ne souhaite pas de changement c’est bien Sophia. Si le style n’a pas connu de revirement majeur, il peut se décliner en plusieurs versions, certaines perdant un peu de charge émotionnelle. Mais le dernier As We Make Our Ways (Unknown Harbours) a marqué un retour en forme, à une constance qui faisait plaisir à entendre. A ce titre, celui-ci est son digne successeur.

Il y a beau avoir des sons électroniques ou un peu distordus, dès que les progressions d’accords mineurs déboulent, on est en terrain connu, comme on retrouve avec bonheur un lieu de villégiature qui a vu de beaux souvenirs. Strange Attractor est un morceau de Sophia pur jus, le style reste le même malgré quelques changements cosmétiques. Ce rythme plus soutenu et ces textures de guitare sont en tous cas parfaitement à leur place.

Evoluer juste ce qu’il faut pour étoffer le son tout en gardant l’intensité, c’est le pari réussi de Holding On/Letting Go. Le résultat est logiquement plus linéaire, avec un plus gros son (Wait) ou un peu de distorsion sur Road Song qui apporte un peu d’action et d’éclat au morceau. Il y a des moments de son plus denses et tendus, See You (Taking Aim) montre que Sophia est la formation héritière de God Machine après tout. Et si la mélancolie est bien là, Days peut d’éclairer d’un riff.

Comme l’album précédent, le morceau épique est gardé pour la fin. Il faut se faire une raison, It’s Easy To Be Lonely est un morceau tellement brillant (un des plus beaux de la terre si vous voulez notre avis) qu’il est impossible de réitérer ce coup. Ils ne le tentent pas celà dit, restant à la lisière du morceau instrumental et c’est une belle façon de prendre congé de nous, à la fin d’un album sans aucun moment faible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sophia - Holding On/Letting Go 26 octobre 2020 11:09, par Laurent

    Au risque de faire mon Florent Brunel, de jeter un pavé dans la mare ou mon pied dans la fourmilière, j’ose affirmer que It’s Easy to Be Lonely n’arrive pas à la cheville de Bastards et The Sea (même si c’est effectivement, aussi, un morceau magnifique).

    – T’as pas peur que ça te retombe dessus ?

    – Je m’en fous, j’assume.

    Et sinon, ce qui est bien avec ce faux débat c’est que ça permet de réécouter plein de chansons sublimes. :-)

    repondre message

    • Sophia - Holding On/Letting Go 27 octobre 2020 08:13, par Marc

      Houlà ! Monsieur veut de la polémique, du clash, de la censure, du on-ne-peut-plus-rien-dire !

      Mais ça fait bien de réentendre ces belles choses. Si on était plus que deux dans les commentaires, on organiserait un vote.

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)