Accueil > Critiques > 2020

Jónsi - Shiver

mercredi 2 décembre 2020, par Marc


Si c’est en tant que leader de Sigur Ros qu’on a découvert Jonsi Birgisson, il avait il y a dix ans sorti un album solo qui montrait qu’il pouvait se débrouiller tout seul, que ses envies étaient compatibles mais différentes. Go explorait en effet un versant plus pop, plus immédiat et vraiment plaisant de ce que qu’a pu faire la légendaire formation post-rock.

Il avoue que s’il a attendu autant de temps avant de lui donner un successeur, c’est qu’il guettait l’opportunité de faire autre chose. Il a choisi de collaborer ici avec A.G. Cook qui produit Charly XCX, artiste a priori éloignée de l’univers brumeux de l’Islandais. C’est donc un peu l’album du grand écart mais il garde souvent une certaine cohérence.

L’entrain qui caractérisait son premier exercice solo semble d’emblée le perdant de la nouvelle osmose. Ce n’est pas trop grave a priori, Exhale installe déjà bien l’ambiance et on retrouve cette placidité nordique qui nous a tant plu chez, disons, Efterklang. La rythmique y est donc lente et lourde. Mais cet équilibre est déjà déplacé sur Shiver. L’impression laissée par le premier album, ce qu’on sait de Sigur Ros et de ce début d’album apaisé se voit bien vite remis en question. Tout d’abord, on se laisse surprendre par des sons plus rudes (Korall) et ce ne sont pas des épices mis dans le dessert, c’est carrément la tonalité de l’album qui change.

Evidemment, la présence d’Elisabeth Frazer est parfaitement en ligne avec la ligne rêveuse de l’artiste islandais et ne constitue pas une surprise. Sa seconde voix est reconnaissable en tous et le morceau est logiquement plus rêveur que ce qu’on entend par ailleurs. Celle de Robyn est quant à elle plus conforme aux ambitions de cet album, pour un Salt Licorice plus rentre-dedans et réussi parce que tous les éléments se mettent en place pour vraiment assumer le genre.

Alors qu’un peu d’euphorie était autrefois apporté par quelques montées bien senties ou un tempo plus élevé, le résultat est souvent dans un entre-deux sur Hold ou Grenade, délicat en tout mais accablé de sons plus francs. Dix ans ont passé, bien d’autres artistes talentueux sont passés par là avec un bonheur supérieur. On pense par exemple à Bon Iver, Sufjan Stevens ou toute cette mouvance autour d’Ed Tullett (Novo Amor, Oliver Spalding) qui arrivent à garder leur délicatesse tout en profitant de l’électronique pour créer de la densité alors qu’ici, le mélange ne prend jamais vraiment, l’impression de sons âpres plaqués sur la douceur étant prégnante malgré quelques vraies réussites.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)