Accueil > Musique > 2020 > Jónsi - Shiver

Jónsi - Shiver

mercredi 2 décembre 2020, par Marc


Si c’est en tant que leader de Sigur Ros qu’on a découvert Jonsi Birgisson, il avait il y a dix ans sorti un album solo qui montrait qu’il pouvait se débrouiller tout seul, que ses envies étaient compatibles mais différentes. Go explorait en effet un versant plus pop, plus immédiat et vraiment plaisant de ce que qu’a pu faire la légendaire formation post-rock.

Il avoue que s’il a attendu autant de temps avant de lui donner un successeur, c’est qu’il guettait l’opportunité de faire autre chose. Il a choisi de collaborer ici avec A.G. Cook qui produit Charly XCX, artiste a priori éloignée de l’univers brumeux de l’Islandais. C’est donc un peu l’album du grand écart mais il garde souvent une certaine cohérence.

L’entrain qui caractérisait son premier exercice solo semble d’emblée le perdant de la nouvelle osmose. Ce n’est pas trop grave a priori, Exhale installe déjà bien l’ambiance et on retrouve cette placidité nordique qui nous a tant plu chez, disons, Efterklang. La rythmique y est donc lente et lourde. Mais cet équilibre est déjà déplacé sur Shiver. L’impression laissée par le premier album, ce qu’on sait de Sigur Ros et de ce début d’album apaisé se voit bien vite remis en question. Tout d’abord, on se laisse surprendre par des sons plus rudes (Korall) et ce ne sont pas des épices mis dans le dessert, c’est carrément la tonalité de l’album qui change.

Evidemment, la présence d’Elisabeth Frazer est parfaitement en ligne avec la ligne rêveuse de l’artiste islandais et ne constitue pas une surprise. Sa seconde voix est reconnaissable en tous et le morceau est logiquement plus rêveur que ce qu’on entend par ailleurs. Celle de Robyn est quant à elle plus conforme aux ambitions de cet album, pour un Salt Licorice plus rentre-dedans et réussi parce que tous les éléments se mettent en place pour vraiment assumer le genre.

Alors qu’un peu d’euphorie était autrefois apporté par quelques montées bien senties ou un tempo plus élevé, le résultat est souvent dans un entre-deux sur Hold ou Grenade, délicat en tout mais accablé de sons plus francs. Dix ans ont passé, bien d’autres artistes talentueux sont passés par là avec un bonheur supérieur. On pense par exemple à Bon Iver, Sufjan Stevens ou toute cette mouvance autour d’Ed Tullett (Novo Amor, Oliver Spalding) qui arrivent à garder leur délicatesse tout en profitant de l’électronique pour créer de la densité alors qu’ici, le mélange ne prend jamais vraiment, l’impression de sons âpres plaqués sur la douceur étant prégnante malgré quelques vraies réussites.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)