Accueil > Critiques > 2020

Fleet Foxes - Shore

lundi 16 novembre 2020, par marc


Les concerts disponibles sur youtube ne sont pas une mesure absolue du talent d’un groupe mais la maîtrise soufflante dont ils font montre sur cette parfaite captation du Pitchfork festival ne laisse pas de place au doute, c’est un groupe du tout haut du panier. La technique cependant est un moyen et pas un but mais elle est indispensable pour assumer ces morceaux sans qu’ils ne virent à la démonstration. Jamais la complexité ne doit apparaître alambiquée, c’est l’effet, le ressenti qui compte, le reste est cuisine. Et côté salle, on est gâtés.

Si le potentiel était manifeste la première fois qu’on les a vus, un soir de mars 2007 ils ont décollé verticalement peu après avant de revenir confirmer plusieurs années plus tard qu’ils étaient un groupe décidément précieux. Et ce retour planté avec surprise pile au moment de l’équinoxe d’automne est dans la lignée de leur excellence. Certes Wading in Waist-High Water semble une introduction mais les choses sérieuses n’attendent pas avec Sunblind. Ca y est, ils sont revenus et nous sommes venus au rendez-vous (Ma plus belle histoire etc…) pour profiter de leur force tranquille. Si les moyens sont un peu différents, on ne voit guère que Midlake pour à ce point maitriser leur sujet.

La voix de Robin Pecknold est toujours haut perchée quand elle pousse, donnant à Maestranza une bonne dose de soleil et d’altitude et elle reste comme auparavant le point d’articulation de leur musique. Sa voix et celle des autres puisque les choeurs discrets restent un support indispensable. Can I Believe You serait tout autre (et moins bien) sans eux, même s’il peut compter sur de brèves zébrures électriques.

Un groupe qui a vraiment l’air de savoir ce qu’il fait, qui prend des choix artistiques forts que la maîtrise technique jamais ostensible leur permet d’assumer. Et le plus fort, c’est que tout coule de source comme l’apposition d’une mélodie simple et d’un arrangement complexe sur Cradling Mother, Cradling Woman. Et la luxuriance de Jara reste d’une discrétion exemplaire. Si la plage titulaire commence comme une balade plus classique avant de déployer ses ailes, ils peuvent aussi garder la simplicité d’un irrésistible guitare/voix sur I’m Not My Season.

L’émotion point, souvent amenée par cette sensation d’apesanteur ou de climax (Quiet Air / Gioia). Cette apesanteur est sans doute le résultat le plus gratifiant. Ils ne sont pas de ceux qui veulent serrer le coeur mais l’euphorie légère qu’ils suscitent est une récompense. En 2020, on ne parle même plus de hype ou de buzz, en tout cas plus pour des albums. Survivants d’une époque pas si lointaine et déjà tellement différente, Fleet Foxes est en toute simplicité un énorme groupe, de la race de ceux qui claquent quatre albums comme autant de confirmations.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)