Accueil > Critiques > 2020

Selfless Orchestra - Great Barrier

vendredi 6 novembre 2020, par Marc


Ce n’est pas la première fois qu’un collectif musical se forme autour d’une cause. S’il s’agit souvent de contributions personnelles comme l’exemple récent du 7 inches for planned parenthood ou de spectacles ponctuels ou récurrents (les funestes Enfoirés), il est plus rare que ce soit un groupe en bonne et de forme qui se crée. Et dans le cas du collectif (10 membres) australien, il ajoute la particularité d’être instrumental. Et c’est de la protection de la Grande Barrière de Corail dont il est question.

Avec un effectif pléthorique pareil, les deux écueils possibles sont un eclectisme compliqué à suivre (lequel peut donner de belles réussites) ou la sensation d’une grosse jam complaisante. Rien de tout ça ici, la variété des provenances des musiciens, du Perth Symphonic Orchestra au metal se combine dans un but commun. Et on ne va pas tourner autour du pot, la référence qui s’impose ici est indéniablement Godspeed You ! Black Emperor. Avouez qu’on n’est pas mal tombés. En plus de l’amplitude et de la force de frappe (on y reviendra), l’engagement du propos est un des points de rapprochement avec la légende canadienne.

Sur False Bodies Part.I, le piano et les cordes ne laissent pas de doute, elles sont une rampe de lancement, certes mélodique en diable. Le virage s’effectue logiquement à la charnière des deux parties et on retrouve des brouillards de fortes guitares sur False Bodies Part.II. C’est d’une puissance dingue même si on se dit que la voix est inutile. Pas à dire, c’est de la musique pour amateurs d’albums qui aiment suivre un cheminement, pour qui le chemin vaut le but. Surtout que contrairement aux Canadiens qui privilégient la lente installation d’irrésistibles climax, il y a ici plus d’action continue, avec un casting qui rend le tout d’une amplitude vraiment réjouissante. Les déflagrations comme Beyond Illusion Pt.II prennent alors une allure apocalyptique marquante.

Parce qu’ils n’hésitent pas à entamer les choses tambour(s) battant(s) sur Beyond Illusion Pt.I (Fuck Adami - compagnie minière controversée). Mais le plaisir vient aussi de l’action conjointe de guitares et de violons sur Time Is a Flower Part.II. Rien ne remplace un casting étendu pour que ces virages serrés prennent tout leur sens. Mais quand on a monté, la descente est belle aussi. Cependant la recherche de la montée ultime n’est pas non plus la seule manière d’opérer. Bleached est ainsi un morceau qui se suffit à lui-même, avec une émotion logée dans ces mélodies lancinantes. Pour sa part, Eden Is Lost conclut dans un bel entrelacs de cordes et pour rendre le tout cohérent et digeste, ils ont inséré des pièces soit légèrement bruitistes (Inharmonicity) ou des voix échoïsées (Certain Energy Future).

Si on a déjà parlé de formations post-rock de là-bas (Sleepmakeswaves, Solkyri, Tangled Thoughts Of Leaving), celle-ci se distingue par son ampleur. Sans doute que le contexte moins chargé en musiques du genre aide à appréhender un album de post-rock mais quand il est servi avec autant de pertinence et de compétence et pour une cause aussi noble, on ne peut que profiter et faire passer.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Aquatic Museum - The Aquatic Museum

    On a vérifié pour vous, le Luxembourg n’a pas d’accès à la mer. Pourtant, le collectif articulé autour de Claire Parsons évoque l’élément liquide. On pense à Selfless Orchestra qui mêlait post-rock et défense de la Grande Barrière de Corail. De post-rock il est aussi question ici, même si quand ils pratiquent le genre ils le mâtinent d’une pincée de big band. Ça donne Trash Tub, le genre de morceau plus (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • you.Guru - UNtouchable

    Si on ne reçoit qu’avec parcimonie des nouvelles musicales de Pologne, force est de constater que celles qui nous parviennent sont toujours au minimum dignes d’intérêt (The Bullseyes, Izzy and the Black Trees) et on ajoute You.Guru a la liste.
    Ce que propose le trio n’est vraiment du post-rock, mais un rock instrumental enlevé, pulsé. Un genre de math-rock qui serait allé se promener ou du Holy Fuck (...)

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne (...)