Accueil > Musique > 2020 > Bertier - Feu.e

Bertier - Feu.e

lundi 23 novembre 2020, par Marc


Au commencement était le verbe.
Même si ce n’est pas au prologue de l’évangile selon Saint-Jean qu’on pense tout de suite au moment de compulser le grand livret, le bel objet est une belle introduction à la musique qu’on s’apprête à écouter. Ce sont des mots, déjà, une introduction qui nous donne envie. C’est évidemment Lara Herbinia qui enrobe le tout de fort belle façon, encapsulant notamment les illustrations d’Alain Dauchot.

Au commencement était le verbe.
Parce que les textes de Pierre Dungen sont non seulement à la base des morceaux, mais aussi le point de départ des compositions qui ont été confiées à plusieurs artistes qu’il faut évidemment citer ici tant ils donnent chair à ces idées. Ils s’appellent Matthieu Thonon, Sylvain Cousin, Quentin Steffen, Olivier Terwagne, Paulo Silva Rodriguez, Amaury Boucher, Nicolas Jules, Cédric Van Caillie, Didier Delchambre. On ajoute Yan Péchin, guitariste au long cours déjà rencontré sur le coussin d’air d’Anna et Roby. Il y a du monde, bien évidemment, Bertier ayant toujours revendiqué le statut de collectif, poussé ici encore un peu plus loin.

On le devine bien vite, ceci est le troisième volet d’une quadrilogie des éléments. Le chant lexical ne va pas rester mystérieux, on va vous épargner la lourdeur de le prolonger ici. Mais si on retrouve comme sur les albums précédents un couple au centre des débats, les thèmes ne sont pas concentrés, le thème se retrouve partout mais dans des tonalités différentes. On ne raconte pas une histoire (même si un couple est inévitablement au centre des débats), on développe un état d’esprit, on explore les possibilités du feu. C’est une pop lettrée donc mais sans les allusions infinies qui font le sel (et l’opacité souvent) d’un Thousand, avec cet attrait du jeu de mot qui est le côté intellectuel du ludique (ou l’inverse, ça marche aussi).

Mais cette pop lettrée n’est pas une pop savante, si on en extrapole l’acception d’une épopée savante due à un seul esprit. C’est en effet la diversité des intervenants qui est intéressante ici. Le ton général est donc fluide et accessible, direct et change de morceau en morceau, le chant suivant cette évolution avec une gourmandise manifeste. Si Lucas et Ena mettent en avant une magnifique mélodie, 13th Floor repose sur une déclamation qui fonctionne à plein et regorge d’allusions qui feraient plaisir à Marc Ysaye, de noms cachés qu’on prend un malin plaisir à détecter.

De la musique avant toute chose.

Cette variété des traitements installe plusieurs points d’équilibre. Avec un poil de groove sur Feu Follet, un rien plus rentre-dedans Brasier Ardent. La conjonction d’une guitare acoustique et de chœurs féminins renvoie à une certaine vision seventies (Eau de Feu), avec de chouettes cordes.

Il y a évidemment des morceaux qui frappent d’emblée (très tôt parfois comme le logique single Grands Brûlés sorti au printemps), même si on sait qu’un album comme celui-ci est destiné à être exploré encore et encore. A Nos Heures est un de ceux qui marquent en première écoute, tout comme Flambeur-Voyeur dont le texte est dû à Céline Marolle. La voix de Lara Herbinia présente dans les chœurs de presque tous les morceaux y prend plus de place et ça fonctionne mieux que bien. Ajoutons au rayon de nos préférences Fort Rêveurs et le magnifique morceau final L’Étincelle avec ses cordes en cascade.

On peut être obscur à force d’être profond mais il est vain de chercher à être profond à force d’obscurité.
Cet aphorisme attribué à Borges prend étrangement du sens sur cet album qui ose être frontalement lumineux pour donner envie d’en explorer les méandres. Le premier album dont le titre est en écriture inclusive vaut toute votre attention.

http://bertiermusique.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)