Accueil > Musique > 2020 > Zola Mennenöh - Longing for Belonging

Zola Mennenöh - Longing for Belonging

lundi 18 janvier 2021, par Marc


En cyclisme de vitesse sur piste, il existe des séances de surplace, où les qualités d’équilibre et de maîtrise nerveuse sont clés. Si on sait qu’il ne débouchera pas sur un sprint effréné, on pourrait tout de même envisager une séance entre l’Allemande Zola Mennenöh et la Norvégienne Susanna Wallumrød. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’Allemande d’origine trouve refuge au Danemark et en Norvège.

Autre point commun, une vraiment belle voix, qui n’a pas besoin de beaucoup d’atours (I Will Always Be Yours Forever) et reste convaincante quand elle monte dans les octaves, se mêlant occasionnellement dans de jolis entrelacs (I Came Here To Stay). Les orchestrations sont souvent réduites, c’est le parti-pris. Ce qui confère une indéniable beauté simple (la fin d’I Disappeared Under The Sea), même si les mélodies peuvent se montrer plus âpres (Ancestral).

Sur le long Make It Simple, on est accueillis par des violons denses, Puis le morceau évolue vers quelque chose de plus bruitiste et aventureux. Si on veut garder le parallèle avec Susanna, on est plus proche de son plus expérimental (et excellent) album avec Jenny Hval. Si la musique de Zola Mennenöh peut se présenter comme un oasis, ce n’est pas une illustration sonore de paix, il y a des moments plus denses et expérimentaux qui l’amènent dans une autre dimension, ou alors des instrumentaux évanescents (A Piece of Peace) qui installent l’ambiance générale. Vous l’aurez compris, il y a beaucoup sous l’écorce délicate de cette artiste qu’on découvre et qu’on suivra.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)