Accueil > Musique > 2020 > Enrico Degani/Fabrizio Modonese Palumbo - Time Lapses

Enrico Degani/Fabrizio Modonese Palumbo - Time Lapses

mercredi 20 janvier 2021, par Marc


Cet étrange album démarre par une version déstructurée de Somewhere Over The Rainbow, suggérant qu’on passe de l’autre côté. Une autre version clôture aussi ce trip, un peu comme Alice qui sortirait du terrier. Et on aura eu son content de psychédélisme dans l’intervalle. Comme pour Alice ou Dorothy, le voyage est déroutant et un brin anxiogène, mais gratifiant.

Il faut dire que le duo connaît son affaire. Enrico Degani s’est déjà fait remarquer par un système harmonique post-tonal et des collaborations avec des artistes d’avant-garde comme Antony Braxton (non, pas Toni Braxton…). On avait déjà croisé le chemin de Fabrizio Modonese Palumbo chez Almagest ! mais il a aussi travaillé avec Jochen Arbeit (Einstürzende Neubauten) ou Xiu Xiu. On le voit, c’est un line-up expérimenté et aventureux mais si le psychédélisme de rigueur sur ces pièces qui font la part belle à l’improvisation mais aucune mise à l’épreuve des nerfs n’est à redouter.

Cette musique instrumentale frôle parfois le drone (Stardust Bath) ou le post-rock larvé (Violet). On note au passage la belle structure sonore métastable de Blop Blop Blop avec ses guitares réverbérées. Il se dégage même une belle mélancolie de Postcard, laquelle se fait plus lancinante sur Night Hunting. Et Shall You Dance With Me est encore plus vindicatif. Cet album est séquencé de façon très étudiée, l’enchaînement correspondant à une vraie progression. On note des sons bien distordus à l’entame de Kitty mais ce n’est qu’une introduction à des structures un peu plus apaisées mais inquiétantes. Comme les expériences visuelles susmentionnées, cette musique peut vous emmener loin sans vous perdre. A vous de tenter le voyage.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)