Accueil > Musique > 2021 > Motorama - Before The Road

Motorama - Before The Road

mercredi 3 février 2021, par Marc


Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.

Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans noirceur est assez irrésistible, ajoutant quelques petits slides sur The Tower pour sortir définitivement des clichés. Ces guitares qui tintent ramènent évidemment aux années ‘80 mais ce n’est pas l’ébullition post-punk dont il est question mais d’une phase ultérieure de la pop à guitares allant jusqu’à la fondatrice compilation C86. Si ces références un peu spécialistes ne vous parlent pas trop, aucune importance, tout coule avec facilité.

Cet album reste en effet remarquablement léger, ils savent qu’ils n’ont pas besoin de forcer le trait pour qu’on soit emportés. La mélancolie, ça se danse aussi et Azure Height vient le confirmer de belle façon. On sait aussi depuis New Order que l’euphorie n’est pas que festive et ils en fournissent quelques giclées lors de Sailor’s Song, poussant même jusqu’à une forme de pop synthétique sur Up.

Si vous voulez plus d’intransigeance, il reste évidemment le volet Utro (avec les mêmes membres) qui non seulement manie un post-punk plus abrupt mais le fait en langue russe. Sans doute que l’existence simultanée de ces deux formations leur permet ici de se recentrer. Leur style est maintenant établi, l’avenir seul nous dira s’ils vont l’utiliser tel quel pour livrer chaque fois des morceaux plus raffinés. On l’avoue, on s’en contenterait volontiers tant on les retrouve avec un plaisir, tant cette euphorie placide nous enchante à chaque fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)

  • Crack Cloud - Pain Olympics

    Crack Cloud, c’est un beau creuset de bonnes choses. De post-punk bien entendu mais dès le début, dès que les riffs anguleux sont rejoints par une voix détendue qui n’est pas sans rappeler David Byrne (la période Brian Eno des Talking Heads est une des références ici). et des choeurs assez libres, l’horizon s’élargit considérablement. Avec une rondeur de son et une basse qui les renvoie vers un autre fameux collectif canadien, celui de Broken Social Scene, ou d’autres qui ont émergé du tellement riche (...)