Accueil > Musique > 2021 > The Notwist - Vertigo Days

The Notwist - Vertigo Days

vendredi 19 février 2021, par Marc


Vous avez certainement des amis qui vous sont chers mais éloignés et que vous voyez trop peu. Mais il suffit qu’une rencontre ait lieu et on a la sensation de reprendre spontanément le fil d’une conversation entamée il y a plusieurs années. C’est un peu ce genre de retrouvailles qu’on a chaque fois avec les Allemands de The Notwist. On ne les a pas forcément énormément écoutés pendant les sept années écoulées depuis Close to The Glass mais leur retour était forcément attendu.

Et d’un coup tout revient. Ces fausses petites accélérations sur le diptyque Into Love/Stars. Ce son, enrichi d’électronique, de glitches en tous genres mais qui tisse un lit à la délicatesse sans jamais la dénaturer. Et puis ces irrésistibles pointes de Krautrock (Exit Strategy To Myself) qui rendent des morceaux mélancoliques assez uniques. Et puis du gros son distordu arrive, sans que le chant délicat ne se modifie. Ils ont voulu marquer les esprits par un début d’album de toute beauté. Ces grands morceaux prouvent qu’on ne devient pas une formation influente avec des concepts mal appliqués.

On note tout de même quelques petits changements, des collaborations qui étendent quelque peu leur univers. Ce qui nous vaut le planant et cotonneux Ship avec Saya (et quelques bribes de Français on dirait). La voix différente de Ben Lamar Gay sur Oh Sweet Fire emballe ce morceau aux contours délicieusement flous que ne renierait pas Massive Attack, avec un charme qui n’appartient qu’à eux. Ils assument également des tendances presque orientalisantes sur Into The Ice Age avec Angel Bat Dawid. De quoi ajouter une pincée de diversité à un style de toute façon très affirmé.

Comme sur son prédécesseur, on a l’impression que la tension retombe dans la seconde partie de l’album mais il y a une qualité minimale en-deçà de laquelle ils ne s’aventurent jamais de toute façon. Fort heureusement, il y a souvent des éléments qui viennent relever le propos. Un riff a priori simple de guitare entraîne Loose Ends bien plus haut que d’où il était parti et la délicatesse indéniable de Night’s Too Dark se pare d’une mélodie irrésistible tout juste détournée comme il faut.

Le charme de The Notwist est toujours là, c’est sans doute l’information la plus pertinente à retirer de cet article. Il faut une maîtrise dingue pour que la froideur ne prenne pas le dessus, pour que les idées ne deviennent pas des procédés. Au moins la moitié de cet album est bouleversant, et le reste toujours digne d’intérêt. On reprendra cette conversation dans plusieurs années, avec autant de plaisir sans doute.

Un avis alternatif et complémentaire ? C’est par ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 07:53, par Laurent

    Tu as parfaitement résumé les enjeux : le combat entre émotion et expérimentation se solde par une victoire « en beauté », sinon par K.O., du moins au nombre de rounds remportés. En signe avant-coureur, ils avaient balancé Where You Find Me qui n’avait rien fait vibrer chez moi, du coup méfiance à l’approche de ces retrouvailles moins « anticipées ». Et au final, voilà leur meilleur album depuis "Neon Golden" (qui ne date pas d’hier). Puur plezier, pour ne pas le dire en allemand.

    repondre message

    • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 15:04, par Marc

      C’est par The Devil, You + Me que je les avais découverts, donc ça reste ma référence. S’ils restent formidables et livrent des morceaux incroyables, c’est surtout la constance qui est dingue sur leurs deux premiers albums...

      repondre message

      • The Notwist - Vertigo Days 23 février 2021 08:59, par Laurent

        Je suis probablement aussi passé par "The Devil, You + Me" pour arriver à "Neon Golden" ; à l’époque où c’est sorti, je crois que j’avais encore des goûts bien trop pathétiques pour oser le post-krautrock en dehors de Bowie. :-)

        Cela dit, tu parles de deux premiers albums et je suis allé faire un tour sur Discogs pour compléter mes connaissances en Notwistologie. Il se trouve qu’ils ont sorti pas mal de choses dans les années 90, mais très peu sont dignes d’intérêt (j’ai même entendu des horreurs, je ne recommande donc pas grand-chose pré-2000).

        repondre message

    • The Notwist - Vertigo Days 26 février 2021 17:11, par Marc

      Il arrive donc qu’il ne faille pas remonter trop loin avec certains excellents groupes. Midlake est un autre exemple...

      repondre message

  • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 16:25, par YB

    Paris/Marseille au volant de ma clio. Ma petite fille endormie à l’arrière.
    Nuit
    Pluie

    Les essuies- glace entament leur danse. Je glisse un CD dans le lecteur.
    Découverte
    Révélation

    La pluie traverse le pare brise. La route s’estompe.
    Emballement
    Renaissance

    Neon Golden en boucle. Arrivée. Je prends ma fille en rêves dans mes bras.
    Odeur sucrée
    Souffle chaud

    Ca va aller

    repondre message

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)