Accueil > Critiques > 2021

The Imaginary Suitcase - The gods gave you victory today only to make your final defeat more bitter

vendredi 5 mars 2021, par marc


Si on considère que j’ai écrit plus de 2000 articles en plus de 17 ans, il est remarquable de constater le peu d’artistes que je côtoie. Cependant, sans échange dans la vraie vie, certains apparaissent comme étrangement proches. C’est le cas de Laurent Leemans et la franchise m’oblige à le signaler en préambule de cet articulet.

On vous avait prévenus de ce retour, vous ne pouvez pas jouer les surpris maintenant. De surprise on ne peut d’ailleurs pas parler de prime abord. Certes, c’est inhabituellement copieux dans la prolixité du titre et dans le contenu, 14 titres pour près de 72 minutes, de quoi remplir à ras un éventuel CD non encore disponible. Mais le style n’a pas vraiment subi de révolution, ce dont il n’avait pas besoin du reste. Fort heureusement, l’uniformité n’est pas de mise et quand on observe d’un peu plus près, une certaine évolution est manifeste.

Hey Stranger le voit se placer dans une longue lignée de chansons de gens qui boivent. Pensons à Brother My Cup Is Empty si vous avez besoin d’un exemple. C’est aussi une chanson sur la boisson (Whiskey) qui clôt cet album. Aucune conclusion ne sera tirée de cette observation.

Les préoccupations de cet album de facture classique sont éminemment modernes, ce qui n’est pas toujours le cas des références citées. Le ton parfois un rien narquois n’est jamais cynique ou donneur de leçon, c’est un équilibre subtil qui est trouvé. On a passé l’âge de la révolte brute sans doute mais ce n’est pas pour autant que l’acceptation est là. La révolte n’est pas qu’une affaire de jeunes si on veut se rappeler que Stéphane Hessel a écrit Indignez-vous à 93 ans. Ce n’est cependant pas un album de protest-songs, il a déjà fait ça.

Si on reconnaît dans les titres des concepts bien actuels, repris dans des memes ou des hashtags (mots qui vont dater cet article), il confesse aussi une implication dans des sujets plus personnels. Oui c’est le moment de se poser des questions. Appelez ça midlife crisis si vous voulez mais la sincérité suinte de Father, tout comme de Complice où son chant plus expressif que jamais s’incarne en français. Et puis il y a aussi des morceaux qui sont tout simplement beaux et touchants.

Parfois c’est juste beau dans sa simplicité (My Garden, Thee Greatest Love) parce qu’il peut faire montre d’un haut sens mélodique (Coming Home). Le bonus, ce sont ces fins de morceau réussies par des moyens différents comme des guitares en brouillard (Coming Home), des arpèges ou de l’intensité tout simplement (The Bungler)

Notons aussi la présence de nouvelles choristes sur Pigeons Playing Chess et on ose dire de but en blanc que c’est une plaisante addition, moins perplexifiante que les précédentes contributrices vocales. On découvre aussi une certaine Daria Leemans (hasard patronymique ? Nous ne le pensons pas…) sur Anarchie Gordon, reprise de Loreena McKennitt et on espère en entendre plus. C’est le versant le plus folk de cet album qui est forcément très en place. A l’opposé, Sex, Drugs & Rock ‘n Roll est un peu plus nerveux comme le promet son titre.

On retrouve logiquement le single Hope Is a Sick Joke et on se rend compte qu’on avait mémorisé son riff plus qu’on ne l’aurait pensé. Ce morceau en a sans doute encore un peu sous la pédale. Si le son crachote un peu sur Hey Stranger et qu’on sent forcément une marge de progression dans ce qui n’est qu’un d’enrobage, on pourrait à l’inverse imaginer quelque chose de plus cra-cra. Et surtout de belles perspectives si un accompagnement plus ample est possible après le déconfinement. Les références sont à chercher dans un americana sudiste gothifiant. Disons Wovenhand pour fixer les idées. La voix pousse et ça lui va forcément bien.

A la fois plus cohérent et homogène mais moins typé, cet album au titre trop long marque une étape dans la déjà étoffée discographie de The Imaginary Suitcase. Le plus important, outre de biens bons morceaux au passage, est cette impression qu’il ne nous a pas encore tout dit.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)