Accueil > Critiques > 2021

of Montreal - I Feel Safe With You, Trash

lundi 12 avril 2021, par marc


On dirait que le confinement n’est pas un frein à la créativité des artistes suractifs. Moins d’un an après le réussi et très teinte eighties UR FUN. Derrière cette moche pochette (même selon les standards de la formation) se présente un long album où Kevin Barnes est seul à la manœuvre, ce qui à ce niveau de luxuriance est une vraie performance...

Si on n’a jamais décelé de baisse d’inspiration, c’est la concentration qui rend leur écoute plus ou moins gratifiante, sachant que Kevin Barnes n’est jamais aussi bon que quand il donne plus de structure aux morceaux et une teinte particulière à ses albums. La plus manifeste étant les accents dylanniens de Lousy With Sylvanbriar. Ou alors quand la folie se fait fantaisie (Skeletal Lamping). A l’opposé, on a les exercices plus crevants de Paralytic Stalks qui enferment un morceau dans un morceau dans un morceau.

Vous l’aurez deviné, on est entre ces deux extrêmes ici, à la fois aidés et desservis par l’imposante tracklist (20 morceaux tout de même) qui ne laisse pas les morceaux s’enchevêtrer sur eux-mêmes mais rend l’écoute intégrale forcément usante. Mais revigorante tout de même. Avec comme prévu un éclectisme à large spectre.

La longueur de cet album permet de varier les intentions et résultats. Now That’s What I Call Freewave est le versant plus rentre-dedans, très teinté de glam-rock. Cette composante est toujours là chez eux et permet des giclées d’énergie. Mais il peut aussi apaiser JaPanese Word For Witch ou exprimer cet incroyable groove fou (True Beauty ForeveR). Mais les morceaux n’en sont pas linéaires pour autant, Fingerless GlOves par exemple terminant dans un solo de tapping inattendu, Drowner’s Tears se permet des délires à l’hélium. Et il peut laisser un morceau dans les limbes (I Feel Safe With You, Trash) pour mieux l’en sortir en mode bruitiste avant de le replonger dans le brouillard. Ou encore mêler sons orientalisants et grosses guitares sur Kcrraannnggaanngg !!

On a même droit à un morceau hommage à Karlheinz Stockhausen avec Karlheinz ChOp Up Children et en effet, ce grand-père de la musique électronique (et professeur des musiciens de Can) a un lointain rôle dans ce délire-ci, la chanson étant une délirante déambulation nocturne à l’étrange name-dropping.

Après plus de quinze ans de fréquentation de la discographie de Kevin Barnes, on ne se laisse plus surprendre, on prend le pouls de ses motivations et de sa santé mentale. Littéralement, ses albums marquant des chapitres de son journal. Il va donc plutôt bien, sa verve légendaire pouvant s’exprimer avec liberté et rigueur.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)