Accueil > Critiques > 2021

Uzul - Evolve

mercredi 14 avril 2021, par marc


Un album de techno minimale teintée de dub. Voilà, c’est l’étiquette, c’est la description. Pour une fois, on pourra dire qu’elle est assez correcte. Ce qu’elle ne dit pas par contre, c’est à quel point c’est réussi. Si le style est balisé, le thème ne fera pas de mystère non plus, le Français plongeant dans les abysses pour son premier album.

Les sons réverbérés sont là dès Aquatic. On entre dans la danse, littéralement. Pourtant, cette techno relevée de house pourrait se révéler bien moins intéressante qu’elle ne l’est en réalité. Ce sont ces petites variations aquatiques qui finalement assurent le liant, et nous accompagnent tout au long de cet album sans temps mort.

La profondeur du son de Nemo qui révèle ses influences deep house. Mais c’est d’une manière général cette façon d’appréhender la minimal nous plait particulièrement. Cette poussée continue de Water For Life utilise des bribes de voix réverbérée en repère humain dans un luxuriant monde aquatique. Mais il peut aussi sortir les très grosses basses sur Allo, à la lisière de l’acid.

Sea Horse est un morceau marquant parce qu’il arrive à mêler une sensation de déséquilibre, de glissade continuelle tout en gardant une belle rondeur. Sur l’autre sommet de l’album, Music Is a Game, c’est le dub qui prend le dessus (avec même un mélodica reggae du plus bel effet) mais le rythme ne s’avachit pas pour autant, les giclées d’euphorie sont bel et bien là.

Une des mesures du talent est la propension à fusionner ses influences pour en faire quelque chose de personnel, cohérent et enthousiasmant. A cette aune, Uzul en a indéniablement, et nous livre un des albums électroniques les plus convaincants de ce début d’année.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)