Accueil > Musique > 2021 > Françoiz Breut - Flux Flou de la Foule

Françoiz Breut - Flux Flou de la Foule

lundi 19 avril 2021, par Marc


Certain.e.s artistes se sont imposés comme des piliers de notre monde musical, comme des amis imaginaires dont on aime recevoir des nouvelles de temps à autre. Françoiz Breut est indéniablement du nombre. S’il faut remonter assez loin pour une critique en bonne et due forme, elle nous a accompagnés depuis. Et la retrouver est un plaisir.

Et elle nous revient avec un album qui prend des teintes plus pop synthétique, avec Marc Melià à la production et sa belle voix toujours mise en avant. Le style s’incarne d’emblée avec Juste de Passage c’est un bien engageant départ. On pense à des choses pas françaises comme Bat For Lashes dont il a le potentiel d’évocation, rien que ça...

Mais si on ne retrouve pas tout de suite un morceau de ce calibre il faut le dire rare, on passe d’un morceau à l’autre sans lassitude, profitant de détails qui plaisent comme le petit côté bluesy de Mes Pêchés S’accumulent. Dérive Dans La Ville Cannibale est un délire sur un ska à la modernité vintage. C’est éminemment personnel, j’ai à chaque fois pensé à ces exercices étranges des Brochettes. En bien moins malaisant cela va sans dire et pour un résultat qui finit par emporter l’adhésion. Il faut du tempo pour que ce style fonctionne, comme Métamorphose ou Vicky le prouvent par l’absurde. Ou alors quand le cocon véloce de Comme Des Lapons emporte l’adhésion sans coup férir. Mais ce n’est pas une obligation non plus, on la suit résolument quand la lenteur se fait langueur avec une petite pointe d’intensité (Mon Dedans vs Mon Dehors).

Lors des premières écoutes, j’étais persuadé que c’était Bertrand Belin qui prêtait sa voix à La Fissure mais il se révèle que c’est Jawhar. Et c’est une bonne nouvelle, on a toujours préféré l’univers de ce dernier et sa prestation en français vaut le détour.

Ce sont donc de belles retrouvailles au travers d’un album qui a une teinte propre, une ambiance un peu étrange mais toujours personnelle et familière, et surtout quelques très hauts faits qui ont un goût de revenez-y.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)