Accueil > Critiques > 2021

Godspeed You ! Black Emperor - G_d’s Pee AT STATE’S END !

mercredi 28 avril 2021, par marc


Si vous êtes amateurs de whisky, ce sont le goût, le bouquet, le jeu des origines, et plein de choses qui définissent le plaisir. Mais la dégustation implique une légère brûlure de l’œsophage qui fait aussi partie de l’expérience. Si on arrivait à encapsuler tous ces goûts sans l’alcool, gageons que le succès ne serait pas le même. Tout comme le dernier Swans nous a moins marqués parce que l’aspect un peu terrifiant n’était pas là, un album de Godspeed qui terrifie moins se révèle moins gratifiant.

Comme un sit-in, la musique de Godspeed prouve qu’on peut avoir des revendications sans nécessairement avoir recours à la parole. La puissance de feu de la musique suffisait. L’implacable évocation mélancolique, la durée inhabituelle des morceaux, c’était pour ça. Certes, il ne faut pas tout mettre au passé pour cet album, le quatrième depuis leur résurrection surprise de Aallelujah ! Don’t Bend ! Ascend !, mais il marque un certain tournant.

La structure des albums est aussi assez changeante. Ici, pour faire simple, on compte deux longs morceaux et deux courts. D’ailleurs, le second morceau reprend un des thèmes du premier, tout en montrant que cette formation n’a pas besoin de fureur pour étaler sa classe en mode atmosphérique.

Evidemment, A Military Alphabet (five eyes all blind) (on a tronqué les titres obscurs et kilométriques) réserve ses moments d’adrénaline, ses remontées pas si mécaniques. Comme un banc suit son poisson pilote, ce magma en fusion suit le violon solo dans un accord presque miraculeux. Oui, c’est plus que de la belle ouvrage.

Autre morceau de bravoure “GOVERNMENT CAME” ne présente pas ces poussées, mais se fait lancinant, insistant et c’est ce genre de moment pour lesquels on est venus. Et puis après l’inévitable accalmie, la tension renaît. Dans la déjà imposante discographie de la formation montréalaise, ceci est sans doute l’album le moins torturé. Tout en n’en devenant pas décorative, la musique perd un peu de son pouvoir en ne suscitant plus cette sensation de danger. Mais il faut aussi reconnaitre que ceux qui les suivent depuis longtemps ne vont pas se détourner tant leur maelstrom inimitable reste imposant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)