Accueil > Critiques > 2021

Bodies of Water - Is This What It’s Like

mardi 4 mai 2021, par Marc


Si Arcade Fire a quelques suiveurs médiocres sur la conscience, on peut les créditer d’avoir réhabilité une certaine façon d’en faire trop. Et parmi ceux qui se sont engouffrés dans la faille beuglante, on a toujours eu un petit faible pour les Californiens de Bodies of Water. On discernaitune telle envie déroulée sur un sens mélodique qu’on n’a pu que céder. Comme chez Cloud Cult, il y a ce côté familial, cette impression de communauté seventies. Mais si on a dû attendre un peu pour avoir de nouveau un album de leur part, c’est moins dû à un manque d’envie que des circonstances extérieures parmi lesquelles des départs de membres, des incendies en Californie, une fausse couche et une heureuse naissance. C’est sans doute cette dernière qui nous vaut cette belle et puissante pochette.

On peut déjà compter quelques évolutions dans la discographie de Bodies of Water qui a su depuis longtemps s’éloigner du carcan purement acoustique des débuts. Leur relatif hiatus les voit donc reprendre les choses où ils les avaient laissées avec Spear In The City. Every Little Bird est un morceau complexe mais d’une fluidité exemplaire. On constate la même facilité sur Far, Far Away qui incorpore du solo sans avoir l’air d’y toucher et sans jamais la ramener.

Il y a un groove folk (oui, ça existe) avec supplément psychédélique, un petit air seventies jamais démenti (Trust Your Love), comme une fusion de leurs précédentes façons. Oui, il y a toujours de la mélancolie à volonté (I’ll Go With You) et puis, oui ça monte ça monte, les voix n’ont pas perdu cet instinct qui les pousse. Dans le détail, on remarque le gimmick au violon (Never Call Me Again) ou le blues paradoxal de Far, Far Away mais s’il n’y a pas d’adrénaline à tous les étages, notre attention reste captive, comme en témoigne la ritournelle de I Knew Your Brother.

Bodies of Water est un groupe qui évolue au point de ne ressembler à aucun autre. Une chanson de Bodies of Water est d’abord un hymne et ça n’a pas changé. Ils se permettent donc de se complexifier sans en avoir l’air ni se renier. On appelle ça une réussite, non ?

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands (...)