Accueil > Musique > 2021 > La Jungle - Fall Off The Apex

La Jungle - Fall Off The Apex

vendredi 21 mai 2021, par Marc


Une grosse patate et grosse disto, la recette est connue mais ne suffit pas à vous donner envie. On avait déjà évoqué la musique de vendredi après-midi (on ne pratique plus les samedi soirs depuis trop longtemps), celle dont on se sert pour passer de la torpeur à l’euphorie et le duo montois se place exactement dans cette lignée.

La voix sur l’escellent Jour Du Cobra pourrait faire penser à la transe qui nous avait saisis à l’écoute du fameux premier Foals mais avec une guitare (ou un succédané numérique) grasse à souhait mais la rythmique ne suit pas la course aux armements d’un Vitalic. On ne se doute pas que ce n’est que le début du voyage, même si on est déjà perchés. La distorsion, les roulements frénétiques, ça ne fait que commencer sur Du Sang.

Et ça claque, ça bastonne dans tous les coins, se posant comme un appel au pogo et au contact sans distanciation aucune, au 100 cas-contact à la minute. Les mots sont assénés, indistincts mais ne sont qu’une petite partie du cocktail haute énergie (Hyperitual). On leur est presque reconnaissants de prendre un peu de repos sur Marimba.

Mais la fureur se tapit, elle revient encore plus fort sur Feu L’Homme. Alors, oui, ça semblera juste rude par moments, il faut un petit échauffement pour la fureur de ce morceau. Mais l’album est proprement séquencé, faisant monter la tension pour éviter les claquages.

Mais il y a aussi le morceau final de plus de 14 minutes. Il commence par du digeridoo, ce que les moins jeunes associeront aux souvenirs de The Aphex Twins. Ce morceau seul vaut le déplacement, il montre à quel point ils maitrisent leur sujet, même quand ce n’est pas une brutale décharge d’adrénaline. Bref, du défoulement irrésistible, qui donne envie du monde d’après.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)