Accueil > Musique > 2005 > Moby : Hotel

Moby : Hotel

lundi 21 août 2006, par Marc


Moby a tout essayé. De la techno quand ce n’était qu’une culture underground (période Go, Hymn par exemple), du revival punk (l’album Animal rights) et même de la reprise copie carbone de Joy Division (l’inoxydable New Dawn fades).

Et puis, d’une idée somme toute assez simple, dépoussiérer de vieux standards de gospel ou de 78 tours de blues, il a fait un hit mondial. L’album Play le propulse au firmament des ventes mondiales et contient de jolies réussites (Porcelain) l’autorisant à tutoyer les plus grosses ventes. Puis à force d’enfoncer les mêmes portes (18) il lasse. On se laisse tout de même convaincre par ses prestations scéniques de bonne humeur communicative, lui qui arpentait il y a bientôt deux la grande scène de Werchter avec sa guitare pas branchée (mais bon, une heure après c’était Massive Attack, un autre monde d’intensité).

Moby nous revient donc et a eu le fort bon goût de changer de style, sentant le filon s’épuiser. Pas de samples historiques, des chansons pop, évoquant même Midnight oil dans les refrains unanimistes (Raining again), voire le Bloodhound gang (Lift me up). Certaines mélodies sont toutefois bien tournées (Where you end, Love should, Slipping away) mais bien trop mièvres. Après quelques hésitations, on reconnait la reprise version sucrette du Temptation de New Order. Une fois qu’on a découvert l’origine du morceau, on se rend compte que on a bien rigolé, mais que 5 minutes, c’est un peu long pour une blague de ce calibre. Les arrangements sont trop propres et la voix de Moby n’est pas non plus une garantie de personnalité. Les tentatives de retour sur le dancefloor (Very) manquent du moindre sex-appeal Diana Rossien pour ne pas énerver. On sent la volonté d’offrir des succédanés cheap à quelques gosses pointures. Massive Attack aurait pu réussir le I like It. Pas lui.

Le tout fait quand même trop "variété internationnale" pour avoir un quelconque intérêt. Pas nauséabond, juste dépassé par les standards actuels du gros son pop underground. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Indochine : Alice & June

    Il faut bien commencer 2006 par quelque part. Alors pourquoi pas par un des plus gros vendeurs de l’hexagone ? Un double album qui ne m’est clairement pas destiné mais dont j’estime que les références sont suffisamment claires pour mériter une analyse. Et qui sait si en chemin on ne rencontrera pas quelque chose d’intéressant à écouter ou à en dire ? De plus, les gens qui passent ici préféreront lire une critique d’Indochine que d’Architecture in Helsinki. Ils sont comme ça, les gens. (encore que là, je (...)

  • Jojo : Jojo

    Je sais c’est très mal ce que je fais : commencer une chronique avec des a priori comptables à la tonne...
    Quoiqu’il en soit, voici donc la dernière lolita en date, Jojo. Un nom aussi simple n’augure déjà rien de bon, un album éponyme ne fait que confirmer les craintes, on est bien ici devant un produit marketing de grande consommation (nom facile, retenable même par les imbéciles).
    Mais laissons le marketing pour regarder du côté de la musique. Tout d’abord et contrairement à ce qu’on tente de nous (...)

  • The Rasmus : Hide from the sun

    Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.
    Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et la guitare et Evanescence pour le côté faussement « corbeau » et les costumes. Pire ça ressemble (...)

  • Keane : Hopes And Fears

    Par les temps qui courent, les excès sucrés et trop riches en calories sont mal vus. C’est pourquoi je m’explique mal le succès de Keane. Pas désagréable, certes, mais est-ce suffisant ? Eh bien, mes amis, mille fois non. On imagine que la prétention est au moins au niveau de Coldplay, mais on n’imite pas Coldplay, on l’écoute juste sans trop comprendre pourquoi ces petites choses fragiles nous touchent tant. A la rigueur, on pourrait citer Travis ou Ah-ha, ce qui est moins reluisant mais plus (...)