Accueil > Critiques > 2005

Moby : Hotel

lundi 21 août 2006, par marc


Moby a tout essayé. De la techno quand ce n’était qu’une culture underground (période Go, Hymn par exemple), du revival punk (l’album Animal rights) et même de la reprise copie carbone de Joy Division (l’inoxydable New Dawn fades).

Et puis, d’une idée somme toute assez simple, dépoussiérer de vieux standards de gospel ou de 78 tours de blues, il a fait un hit mondial. L’album Play le propulse au firmament des ventes mondiales et contient de jolies réussites (Porcelain) l’autorisant à tutoyer les plus grosses ventes. Puis à force d’enfoncer les mêmes portes (18) il lasse. On se laisse tout de même convaincre par ses prestations scéniques de bonne humeur communicative, lui qui arpentait il y a bientôt deux la grande scène de Werchter avec sa guitare pas branchée (mais bon, une heure après c’était Massive Attack, un autre monde d’intensité).

Moby nous revient donc et a eu le fort bon goût de changer de style, sentant le filon s’épuiser. Pas de samples historiques, des chansons pop, évoquant même Midnight oil dans les refrains unanimistes (Raining again), voire le Bloodhound gang (Lift me up). Certaines mélodies sont toutefois bien tournées (Where you end, Love should, Slipping away) mais bien trop mièvres. Après quelques hésitations, on reconnait la reprise version sucrette du Temptation de New Order. Une fois qu’on a découvert l’origine du morceau, on se rend compte que on a bien rigolé, mais que 5 minutes, c’est un peu long pour une blague de ce calibre. Les arrangements sont trop propres et la voix de Moby n’est pas non plus une garantie de personnalité. Les tentatives de retour sur le dancefloor (Very) manquent du moindre sex-appeal Diana Rossien pour ne pas énerver. On sent la volonté d’offrir des succédanés cheap à quelques gosses pointures. Massive Attack aurait pu réussir le I like It. Pas lui.

Le tout fait quand même trop "variété internationnale" pour avoir un quelconque intérêt. Pas nauséabond, juste dépassé par les standards actuels du gros son pop underground. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Indochine : Alice & June

    Il faut bien commencer 2006 par quelque part. Alors pourquoi pas par un des plus gros vendeurs de l’hexagone ? Un double album qui ne m’est clairement pas destiné mais dont j’estime que les références sont suffisamment claires pour mériter une analyse. Et qui sait si en chemin on ne rencontrera pas quelque chose d’intéressant à écouter ou à en dire ? De plus, les gens qui passent ici préféreront lire (...)

  • Jojo : Jojo

    Je sais c’est très mal ce que je fais : commencer une chronique avec des a priori comptables à la tonne...
    Quoiqu’il en soit, voici donc la dernière lolita en date, Jojo. Un nom aussi simple n’augure déjà rien de bon, un album éponyme ne fait que confirmer les craintes, on est bien ici devant un produit marketing de grande consommation (nom facile, retenable même par les imbéciles).
    Mais laissons le (...)

  • The Rasmus : Hide from the sun

    Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.
    Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et (...)

  • Keane : Hopes And Fears

    Par les temps qui courent, les excès sucrés et trop riches en calories sont mal vus. C’est pourquoi je m’explique mal le succès de Keane. Pas désagréable, certes, mais est-ce suffisant ? Eh bien, mes amis, mille fois non. On imagine que la prétention est au moins au niveau de Coldplay, mais on n’imite pas Coldplay, on l’écoute juste sans trop comprendre pourquoi ces petites choses fragiles nous touchent (...)