Accueil > Critiques > 2021

The Bullseyes - The Best of The Bullseyes

jeudi 27 mai 2021, par marc


Non, ce n’est pas l’habitude de la maison de critiquer du rock polonais. Mais ce n’est pas que de la curiosité, on avait déjà été fort séduits par Izzy And The Black Trees. Ne vous laissez pas tromper par le titre cependant, il s’agit d’un premier album.

The Bullseyes proposent du rock carré mais avec ce petit je-ne-sais-quoi d’indie dans l’acception du tournant du siècle. C’est ça qui frappe le plus le non-initié, celui qui écoute peu de rock, c’est l’étonnante facilité qu’a ce groupe à s’immiscer dans un genre populaire jamais trahir son origine plus obscure. Donc oui, ça vaut Razorlight, The White Stripes, Strokes et autres Dandy Warhols. Si vous êtes amateurs du genre, ce n’est sans doute pas la découverte du siècle mais permettra d’élargir l’horizon sans perdre quoi que ce soit en qualité.

Mais ce n’est pas qu’un déballage de testostérone, Can’t Believer est plus groove avant de prendre un air plus hymnesque. Ce morceau est aussi proposé dans une bien plaisante version acoustique qui s’accorde plus aux canons indé type Port O’Brien. A l’opposé, il y a les inévitables slows, Regular Sky s’y colle, sans éluder le solo. Au-delà d’un aspect presque ‘pastiche’, les qualités de la formation polonaise sont indéniables. Donc soit vous aimez le genre et c’est une curiosité soit l’oreille est plus profane et le bluff est complet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)