Accueil > Critiques > 2021

Raoul Vignal - Years In Marble

mercredi 2 juin 2021, par marc


Virtuose de l’arpège, le Lyonnais Raoul Vignal a su imposer sa délicatesse avec une belle assurance. L’évolution de sa discographie semble d’ailleurs logique, avec une construction patiente, commençant par un album presque uniquement acoustique, lui a permis de ne pas brûler les étapes et de toujorus proposer des albums toujours aboutis mais de plus en plus variés.

Si la voix peut toujours évoquer Nick Drake, ce ne sont pas les cordes qui assurent la majorité des arrangements comme chez le légendaire chanteur folk anglais. Ça reste bien beau donc, surtout quand le ton se fait plus profond sur Coastal Town. Et puis le meilleur nous est offert sur Red Fresco, de sa belle intro à la fin de morceau dense à souhait. Incroyable comme une petite batterie et cette guitare occupent l’espace.

Silence est plus ample, avec une propension à monter sans jamais céder à des effets faciles. On peut parfois comparer ça à ce genre de pop indé américaine en apesanteur (A River Runs Wild) mais atteinte sans essayer de le faire, avec un naturel déconcertant. Et puis il y a une facilité mélodique jamais démentie. Et quand il pousse vers un mid-tempo, il frappe juste tout simplement (To Bid the Dog Goodbye)

Léger ou profond ? Avec Raoul, on ne doit jamais choisir. La légèreté des arpèges, la délicatesse jamais mièvre de la voix et quelques envolées bien senties le confirment, le poulain de l’écurie Talitres n’a pas fini de nous enchanter.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Raoul Vignal - Years In Marble 3 juin 2021 18:25, par Laurent

    — Je vais tenter en deux briques.
    — On vous écoute, Gérard.
    — Piers...
    — Brosnan ?
    — Faccini...
    — Ah, je l’ai : Raoul Vignal.
    — Bravo Gérard. Il est vrai que le folk délicat du Français évoque très régulièrement celui de Faccini. Je rappelle par ailleurs à nos téléspectateurs que ce dernier a sorti récemment un excellent album où ses velléités arabisantes se font plus marquées. Mais trêve de promo, le héros du jour s’appelle Raoul, et son Red Fresco est effectivement plus que sympathique.
    — Encre ?
    — Arrête, Gérard.

    repondre message

    • Raoul Vignal - Years In Marble 7 juin 2021 08:16, par Marc

      (la critique pyramide, il fallait y penser... personne d’autre n’y aurait pensé je pense). C’est vrai que la ressemblance avec Piers Faccini est là. J’ai beaucoup écouté et apprécié son dernier album sans trouver quoi que ce soit de pertinent à en dire. On peut considérer que c’est une preuve de qualité. Dans un genre connexe, c’est aussi troublant d’écouter en même temps celui de Will Stratton (article imminent). Mais ils ont leurs qualités propres tous les trois, c’est ça le plus important.

      repondre message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)