Accueil > Critiques > 2021

Clemix - De rien du tout - Acoustique

vendredi 4 juin 2021, par Marc


Que reste-il d’un morceau de synthpop une fois débarrassé des sons numériques ? C’est à cette intéressante question que cet EP de Clemix pourrait apporter une réponse partielle. Si on avait apprécié la verve de la Bruxelloise sur son précédent EP (au point de se retrouver cité dans le dossier de presse), voici une relecture acoustique de ces morceaux, ce qui pourrait à priori sembler une étrange idée.

Évidemment, changer les arrangements change complètement la perception. Le côté synth-pop permet un décalage ironique que le piano-voix ne permet pas de reproduire tel quel. Il faut bien doser pour ne tomber ni dans le pathos ni dans la pastiche. Et ce dosage est réussi. Le premier degré est forcément plus présent. Étonnant de se dire que le décalage n’est pas nécessairement causé par la façon de chanter mais par l’accord entre les paroles et la musique.

Mais acoustique ne veut pas dire dénudé non plus, en sus du piano présent et maitrisé, il y a des voix dédoublées, des choeurs sur le Mauvais Plan. Cette réduction des moyens permet aussi de mettre en évidence la virtuosité d’élocution de Rien du Tout. On se rend compte aussi que c’est un EP post-rupture, d’amour parties vraisemblablement irrémédiablement.

Des versions acoustiques et/ou dénudées permettent de vérifier deux choses. La solidité des compositions tout d’abord et l’étendue du spectre de l’artiste. Deux cases cochées sans conteste par notre nouvelle copine Clemix.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)