Accueil > Musique > 2021 > Clemix - De rien du tout - Acoustique

Clemix - De rien du tout - Acoustique

vendredi 4 juin 2021, par Marc


Que reste-il d’un morceau de synthpop une fois débarrassé des sons numériques ? C’est à cette intéressante question que cet EP de Clemix pourrait apporter une réponse partielle. Si on avait apprécié la verve de la Bruxelloise sur son précédent EP (au point de se retrouver cité dans le dossier de presse), voici une relecture acoustique de ces morceaux, ce qui pourrait à priori sembler une étrange idée.

Évidemment, changer les arrangements change complètement la perception. Le côté synth-pop permet un décalage ironique que le piano-voix ne permet pas de reproduire tel quel. Il faut bien doser pour ne tomber ni dans le pathos ni dans la pastiche. Et ce dosage est réussi. Le premier degré est forcément plus présent. Étonnant de se dire que le décalage n’est pas nécessairement causé par la façon de chanter mais par l’accord entre les paroles et la musique.

Mais acoustique ne veut pas dire dénudé non plus, en sus du piano présent et maitrisé, il y a des voix dédoublées, des choeurs sur le Mauvais Plan. Cette réduction des moyens permet aussi de mettre en évidence la virtuosité d’élocution de Rien du Tout. On se rend compte aussi que c’est un EP post-rupture, d’amour parties vraisemblablement irrémédiablement.

Des versions acoustiques et/ou dénudées permettent de vérifier deux choses. La solidité des compositions tout d’abord et l’étendue du spectre de l’artiste. Deux cases cochées sans conteste par notre nouvelle copine Clemix.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)