Accueil > Critiques > 2021

Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

vendredi 11 juin 2021, par marc


S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.

Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, avant que des breakbeats ne viennent secouer l’ensemble et nous emporter, faisant prendre à la mâchoire inférieure une inflexion intraitable. Il ne suffit évidemment pas de mêler des éléments de jazz, d’electro à une expérience de musique de films pour réussir ça.

Éclectique est clairement un euphémisme en la matière mais ce creuset ne semble jamais bordélique, l’agencement est pensé et maîtrisé. Les sons de synthé psychédéliques sur Devil Worms qui semblent sortir directement de Pink Floyd seventies, la rythmique fouillée appelant plutôt des rapprochements avec le kraut de l’époque. Cette rythmique nous permet aussi le grand méchant groove de Get Down, une fois que la première partie plus calme s’estompe.

Évidemment, il y a aussi de l’adrénaline pure sur Hypogean, grand morceau servi sur son lit de cordes psychédéliques. A propos de violon d’ailleurs (il est violoniste de formation), le son sur Carbonado est éminemment jazz. Mais cet instrument peut aussi servir pour ses seules intentions mélancoliques (Diamondiferous) mais on se doute qu’il n’en restera pas là, arrivant à ajouter une rythmique fouillée sans altérer l’intention de base. Les incrustations acoustiques (la guitare d’Untitled) sont aussi de très haut niveau. Bref, cet album nous a beaucoup plu par sa façon de distiller de l’euphorie et du savoir-faire sans en avoir l’air.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Andrew Bird - Sunday Morning Put-On

    Comme la carrière de Rufus Wainwright est une lutte constante et perdue d’avance contre la frustration de le voir s’égarer dans des projets qui nous parlent moins, le parcours d’Andrew Bird alterne lui aussi entre des albums plus pop (toute proportions gardées) qui sont magnifiques et quelques tentations soit ambient ou jazz.
    Vous aurez compris que c’est de cette dernière inclination dont il est (...)

  • The Cry – The Cry

    On le répète souvent parce qu’on est chaque fois surpris de l’omniprésence de la musicienne française Christine Ott. Et sa productivité est aussi surprenante. Ainsi, six mois après le second album de Snowdrops et l’ayant croisé récemment en solo ou avec Theodore Wild Ride, la voici dans un nouveau projet. Ce n’est jamais pareil, seule l’exigence et la qualité sont constantes. Aussi ce mélange de tortueux (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à (...)