Accueil > Musique > 2005 > Morrissey : Live at Earls court

Morrissey : Live at Earls court

lundi 21 août 2006, par Marc


Avant même que l’ami Steve ne pointe sa voix, on est déjà sous le charme. C’est qu’on a reconnu le gimmick hypnotique de How soon is is now ?, un des morceaux les plus emblématiques des Smiths. Le second live officiel après Beethoven was deaf qui reprenait en grande partie les titres de Your arsenal, son plus léger album à ce jour est donc lancé de fort jolie manière.

Du précédent enregistrement à Paris en 1992 ne subsiste que November spawned a monster. Et c’est une des plus marquantes caractéristiques de ce live : des titres des Smiths (quatre ici, mais d’autres ont été joués pendant la tournée) qui sont enfin joués, comme si Morrissey ne les ressentait plus comme un poids. Certains titres n’ont pas été des tubes mais sont devenus véritablement des classiques. L’illustration la plus lumineuse est Bigmouth strikes again, qui reprend du service ici en montrant combien Morrissey est un interprète rare et précieux. Imparable. L’effet secondaire pervers est de faire paraître bien fades des titres récents qui suivent (I like you, Let me kiss you).

L’autre caractéristique est la présence massive de titres du dernier album. Il est vrai que celui-ci a marqué un retour au premier plan, une maison de disques satisfaite et des ventes dignes de son talent. Ne subsiste presque plus finalement du reste de ses oeuvres solo que le The more you ignore me, the closer I get du formidable Vauxhall and I. Ce choix se justifie puisque certaines chansons tiennent plutôt bien la route (The first of the band to die, Irish blood, English heart, I have forgiven jesus) mais beaucoup moins pour les autres. Dans le même ordre d’idées, le reggae tordu de Redondo beach ne passe pas des masses non plus.

En dépit d’un groupe bien lisse, la voix du Moz (une des plus formidables qui soient) est intacte comme son envie. Un grand moment donc. De plus, si ça pouvait permette à certains de découvrir l’oeuvre des Smiths (à propos, la sélection des titres des deux best of est vraiment impeccable), ça ferait quelques heureux de plus sur terre et ce serait déjà ça de gagné. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 2

    Ce n’est certes pas la première fois qu’un groupe sort deux albums la même année, mais c’est suffisamment rare pour qu’on le mentionne. Et puis comme on avait passé un bon moment en compagnie du premier volet, celui-ci était forcément attendu.
    Si on se demande ce qui différencie les deux volumes, on peut dire que celui-ci privilégie la puissance. Pour le meilleur mais pas que. Mieux que bien des formations, Foals a compris que maintenir le rythme est la meilleure manière d’éviter la chute. Et ça (...)