Accueil > Critiques > 2021

John Grant - Boy From Michigan

lundi 12 juillet 2021, par marc


On aime apprécier John Grant. Pour ne rien vous cacher, on aimerait l’apprécier encore plus et ce que confirme cet interview avec Elton John, c’est que le statut du bonhomme est maintenant bien établi.

Depuis les Czars et ce premier album solo avec Midlake en backing band, son style s’est précisé. C’est donc plutôt linéaire, toujours ample. On retrouve ces sons d’inspiration psychédélique seventies qui lui vont fort bien et maintenant sont complètement intégrés à son style. Avec comme souvent un peu plus d’électronique (Best In Me), voire des sons un rien plus âpres et industriels (Rhetorical Figure) mais il n’y a pas énormément de variations. Surtout qu’il y a de longues transitions instrumentales.

On l’avait déjà dit, John Grant c’est une grande voix et un humour acéré. Quand on se concentre sur le côté musical de la chose, force est de constater qu’on a un respect immense mais que cet album paraît bien long. Il reste de beaux moments mélodiques (The Cruise Room, Just So You Know) bien évidemment et sa voix pousse sur The Only Baby, morceau de près de 10 minutes qui montre qu’il domine son sujet.

Toujours majestueuse, moins délirante que dans un passé récent, sa musique prend de l’ampleur mais ce n’est sans doute pas un album sur lequel on reviendra. On ne lâche donc pas John Grant même si on confesse que le temps semble un peu long sur ce Boy From Michigan éminemment personnel mais peu spectaculaire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • John Grant - Boy From Michigan 14 juillet 2021 16:33, par Laurent

    Je ne suis pas précisément l’aficionado lambda du bonhomme, et en effet le temps me semble long par moment sur ce nouvel album. Il m’apparaît pourtant qu’on tient peut-être là un des disques marquants de l’année ou, à défaut, une de ses très grandes chansons : The Only Baby restera pour moi le titre obsessionnel de la première moitié de 2021, dans la lignée de ce que pouvait produire un Hawksley Workman dans ses années fastes. Ensemble inégal mais sacrés highlights !

    repondre message

    • John Grant - Boy From Michigan 2 août 2021 13:10, par Marc

      Oui, The Only Baby est un morceau à retenir de cet album, évidemment, mais mon ressenti c’est au contraire un album assez égal mais sans les secousses qu’on trouvait sur les précédents. Il faudra sans doute laisser décanter un peu...

      repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)