Accueil > Musique > 2021 > Low Roar - Maybe Tomorrow

Low Roar - Maybe Tomorrow

mercredi 18 août 2021, par Marc


Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.

On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird ou d’appuyer la rythmique tordue de Fade Away. Mais la lenteur est souvent de mise, tout au moins à l’entame des morceaux (Fucked Up). Sleep Peacefully est un moment de douceur et même les soubresauts de Stay Calm, Keep Quiet sont ouatés.

L’effet général s’approche d’un Perfume Genius qui aurait préféré étendre le son plutôt qu’hausser le ton. Ou comme si Bon Iver avait décidé de réenregistrer son premier album avec le son des suivants. Des mélodies magnifiques sont nécessaires et sont bien là (Burial Ground, Bye Bye) et serrent immanquablement la gorge. Et Captain a la majesté d’un Sigur Ros.

Les artistes le savent, jouer sur le seul charme ne suffit pas. Album après album, Low Roar pousse le bouchon un peu plus loin, gardant la délicatesse tout en augmentant l’ampleur. On vient de passer dix années avec lui, on ne va pas le laisser comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Low Roar - Maybe Tomorrow 20 août 2021 14:08, par Laurent

    Eh bien, première fois que je "rentre" dans un album de Low Roar avec cet enthousiasme. (Pour l’anecdote, je suis retourné lire mon commentaire d’il y a dix ans (sic) et ça confirme ma réserve historique par rapport à Ryan...)

    Il faut dire que, comme tu le soulignes très bien, David en met d’emblée plein la vue... enfin l’ouïe. Mais c’est avec Fucked Up que j’ai ensuite été définitivement cueilli. On garde un peu de réserve parce que je trouve quand même l’album inégal, mais les highlights sont très high. Comme sur le dernier John Grant en fait. Ici, il y a des moments où ça tutoie Grandaddy et là, je dis oui la vie.

    Sinon, merci encore pour la découverte Jeff Maarawi, cet album est vraiment dément et à part toi personne à peu près n’en parle !

    repondre message

    • Low Roar - Maybe Tomorrow 13 septembre 2021 12:39, par Marc

      Son évolution est intéressante en tous cas. Parfois c’est tout de même un test d’attention mais le son prend vraiment de l’ampleur.

      Oui la vie, tous les hommes du monde sont mes amis.

      Pour Maarawi, j’ai reçu ça en ligne directe de son label grec. Sans ça, ce serait resté en dehors de mes radars. Ca me désole toujours de constater le manque d’écho des artistes que j’aime bien. Mais c’est un autre (large) débat...

      repondre message

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)