Accueil > Musique > 2021 > Gratuit - Héros de l’Espace (EP)

Gratuit - Héros de l’Espace (EP)

jeudi 23 septembre 2021, par Marc


Recevoir de la musique pour en parler est un vrai privilège. Et pour en profiter pleinement, il faut se mettre dans les conditions de réceptivité optimales pour toute découverte. Et ne pas se laisser flouer par une description. Il y a en effet un monde entre ce qu’on entend et ce qu’on s’apprêtait à entendre. Tout ça pour dire que sur le papier, un disque à la lisière du hip-hop et gorgé d’autotune (on y reviendra) et qui mêle un humour parfois potache avec un sérieux de pape, ça pouvait rebuter.

Les réticences n’ont pas tenu, n’ont même pas eu le temps de venir en fait. L’humour est une affaire d’affinités et on a tout de suite suivi le trio formé à Lyon et installé à Bruxelles dans ses pérégrinations spatiales. Parce que l’argument est celui-là, la recherche de l’âme de leur furet mort nommé Furax dans la galaxie. On vous l’a dit, c’est plutôt claqué au sol. Dans un délire différent, il y a une relation à faire avec certains projets de Carl, Peritelle en tête.

Mais ceci n’est pas un sketch, c’est un EP solide, avec quelques transitions mais surtout quelques morceaux bien saignants. Uber a quand même le potentiel d’un succès pop, le thème mis à part (une dernière virée terrestre). Parce que la subtilité, c’est bien mais pas toujours efficace. On est cependant dans une veine qui rappelle bien plus la force d’un Vitalic que l’IDM bourrin. Donc quand ça pulse, ça pulse vraiment (Les Décapodes Marcheurs, Random Girl) et ils nous quittent sur une plage titulaire qui a tout du tube alternatif (ou du tube tout court, pourquoi pas).

Mais tout n’est pas conçu à toute vitesse, même s’ils ne jouent pas de la mélancolie de l’espace, c’est bien sur terre qu’elle se déroule (Pluton, Le Peintre qui mine de rien dégage de l’intensité). Ils en profitent pour prendre un dernier coup avant la route (Uber et Random Girl). Oui c’est parfois peu de graveleux, c’est une règle du genre qui leur va finalement bien.

On l’a dit, c’est plein d’autotune mais bon, peut-être est-on moins rétifs au procédé. Ou plus plausiblement, cette énervante marotte se pose en outil pour créer la distanciation, pour insister sur un genre de pastiche et jamais ça n’a paru gênant ou même hors de propos. Tout n’est pas gorgé d’autotune cependant.

Le nombre d’écoutes est un critère de réussite comme un autre. Et il est vraiment élevé depuis qu’on a découvert cet EP de minutes tassées et sans déchet. Il y a quand même quelques éléments qui auraient dû m’éloigner de Gratuit. Mais non, c’est l’inverse qui s’est passé. La durée et la variété sont en tout cas idéales pour que cet exercice bien saignant et abouti puisse délivrer tout son suc. Souvent on tente de s’expliquer un plaisir. Parfois on se contente d’en profiter.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)