Accueil > Critiques > 2021

( r ) - Titan Arum

vendredi 8 octobre 2021, par Marc


C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.

Le début d’album est digne d’un échauffement de Godspeed ! Ce qui indique que c’est un album, pas une collection de chansons. Mais la transition est déjà là, avec des sons électroniques distordus. On retrouvera d’ailleurs cette veine d’une atmosphère plus inquiétante sur THE SSSOPHISSSTICATED SSSOFA SSSNAKESSS, avec en sus une pulsation qui transforme le morceau.

Le single The Side Effects of Self Indulgence avec son clip de poupée queer est toujours aussi percutant. C’est rien moins que Jochen Arbeit des légendaires Einstürzende Neubauten qui vient le raviver. On tient un des hauts faits de cette sortie, certes, mais dans un genre finalement éloigné du reste. Oblivion a aussi ce charisme, cet aspect vénéneux et entêtant, avec un son lancinant, s’effaçant progressivement avant de revenir de plus belle, avec en prime la présence de Jamie Stewart. C’est le versant plus enlevé, plus direct de cet album.

Parce que le reste est plus aventureux, comme l’inquiétante mélopée Vacant Stares ehaussé de la guitare de Paolo Spaccamonti. Mais cette exigence permet aussi une vraie beauté comme celle de Red Coat. Il est dans la veine de ce qu’on entend avec la bande Nick Cave, Warren Ellis ou Blixa Bargeld ou Mick Harvey quand ils illustrent des films. Il n’y a pas d’images ici, mais un solide pouvoir d’évocation et une mélancolie tenace. C’est un album qui prend son temps donc, comptant mêmes quelques plages d’un ambient déviant et prenant (Pira-Pira)

C’est un homme de goût (ses tenues roses sont irréprochables) qui conclut cet album par une reprise le Leonard Cohen, trouvant une belle touche finale à cet album personnel et d’un équilibre subtil.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)