Accueil > Musique > 2021 > Sufjan Stevens and Angelo De Augustine - A Beginner’s Mind

Sufjan Stevens and Angelo De Augustine - A Beginner’s Mind

vendredi 5 novembre 2021, par Marc


Il est étonnant de constater que cet album sort dans une relative discrétion alors que toute publication du maître de Chicago met ses nombreux fans en émoi. Surtout que ceci est son versant intimiste toujours plébiscité. On l’avoue, Angelo De Augustine était resté hors de notre radar malgré sa présence sur Asthmatic Kitty. Il a en tous cas une belle voix haut perchée, comme celle qu’on a entendu du côté de Novo Amor et leurs deux univers fusionnent de belle façon.

Avant de se lancer dans l’écoute d’un album de Sufjan Stevens, il est impossible de prédire ce qu’on va entendre. Alors on se renseigne. On apprend vite que l’album a un fil conducteur, ou plutôt une convergence d’inspirations qui proviennent de films, obscurs ou connus.

Car contrairement à ce que la pochette plutôt moche (une constante de son œuvre) pourrait laisser penser, la beauté est ce qui frappe. On réalise aussi à quel point les sujets personnels de Carrie and Lowell étaient poignants. Ca l’est donc un rien moins ici on échange donc volontiers un peu d’”effet waouh” pour une douceur fondante. A Beginner’s Mind est un album qui prend un peu de temps pour s’imposer tant il peut se faire subtil. Intime certes mais pas minimaliste pour autant. Back To Oz est tout de même très ample. Mais c’est une ampleur dénuée de toute velléité expérimentale comme on a pu l’entendre par le passé. Et on profite au passage de vraies jolies choses en apesanteur (Lacrimae, Cimmerian Shade).

Et si la brièveté du commentaire était le plus bel hommage à la beauté simple de cet album ? Et si c’était le premier album simplement beau de l’imposante et importante discographie de Sufjan Stevens, ici accompagné par un musicien sur la même longueur d’ondes ? C’est bien possible et c’est sans doute la meilleure des surprises non spectaculaire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)