Accueil > Critiques > 2021

Sufjan Stevens and Angelo De Augustine - A Beginner’s Mind

vendredi 5 novembre 2021, par marc


Il est étonnant de constater que cet album sort dans une relative discrétion alors que toute publication du maître de Chicago met ses nombreux fans en émoi. Surtout que ceci est son versant intimiste toujours plébiscité. On l’avoue, Angelo De Augustine était resté hors de notre radar malgré sa présence sur Asthmatic Kitty. Il a en tous cas une belle voix haut perchée, comme celle qu’on a entendu du côté de Novo Amor et leurs deux univers fusionnent de belle façon.

Avant de se lancer dans l’écoute d’un album de Sufjan Stevens, il est impossible de prédire ce qu’on va entendre. Alors on se renseigne. On apprend vite que l’album a un fil conducteur, ou plutôt une convergence d’inspirations qui proviennent de films, obscurs ou connus.

Car contrairement à ce que la pochette plutôt moche (une constante de son œuvre) pourrait laisser penser, la beauté est ce qui frappe. On réalise aussi à quel point les sujets personnels de Carrie and Lowell étaient poignants. Ca l’est donc un rien moins ici on échange donc volontiers un peu d’”effet waouh” pour une douceur fondante. A Beginner’s Mind est un album qui prend un peu de temps pour s’imposer tant il peut se faire subtil. Intime certes mais pas minimaliste pour autant. Back To Oz est tout de même très ample. Mais c’est une ampleur dénuée de toute velléité expérimentale comme on a pu l’entendre par le passé. Et on profite au passage de vraies jolies choses en apesanteur (Lacrimae, Cimmerian Shade).

Et si la brièveté du commentaire était le plus bel hommage à la beauté simple de cet album ? Et si c’était le premier album simplement beau de l’imposante et importante discographie de Sufjan Stevens, ici accompagné par un musicien sur la même longueur d’ondes ? C’est bien possible et c’est sans doute la meilleure des surprises non spectaculaire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)