Accueil > Critiques > 2021

Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

mercredi 10 novembre 2021, par marc


Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.

Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça chante en Portugais sur Voz De Sal on est plus déconcertés et cette affectation nous touche moins, question de références. On est plus séduits par l’air rétro assumé de Who Can Resist qui garde une certaine sobriété. Il faut dire qu’il est chanté par Kurt Wagner de Lambchop, référence en la matière. Ces voix sont plus éthérées sur O Ovo do Tempo (feat Surma), morceau en apesanteur.

Mais ce n’est pas qu’un album d’invitations. La musique articulée autour du violon est vraiment belle (A Sala, le morceau de transition Segundos), en simplicité ou avec plus d’ampleur (Estranha do Norte), allant même aux limites de l’ambient (Estranha Beleza da Vida). Une valse avec de l’accordéon ? Nos réflexes pavloviens nous signalent tout de suite Yann Tiersen et A Valsa da Petra en conserve le côté enchanteur.

Sans connaitre les références de celui qui est à la manœuvre, il serait facile de déceler une maitrise impressionnante. Mais le plus sympathique dans tout ça, c’est qu’elle est distillée avec une modestie et une verve qui la rende attachante. Un des discrets maitres de l’époque donc.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida 11 novembre 2021 12:35, par Laurent

    Merci Marc de nous avoir reconnectés à Rodrigo Leão... J’ai passé un bon moment en cette matinée de congé d’Armistice. Pour ma part j’avais laissé l’artiste sur sa splendide compile "Songs" qui, tout bien considéré, ne date pas d’hier (et où l’on trouvait entre autres l’immense Cathy, un des sommets de Neil Hannon). J’ai retrouvé ici, à l’une ou l’autre occasion, sa luxuriance dentelée (Introduçao #8 enz.). Un peu de délicatesse dans un monde de brutes ? Définitivement un disque d’Armistice donc.

    repondre message

    • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida 12 novembre 2021 08:02, par Marc

      Je dois bien avouer que le nom ne me disait rien a priori. C’est une erreur et vu ses collaborations je vais creuser le sujet.

      Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté comme on disait il y a longtemps...

      repondre message

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)