Accueil > Musique > 2021 > Larsen - A Chronicle - A Soundtrack to Jacopo Benassi’s Meiwo

Larsen - A Chronicle - A Soundtrack to Jacopo Benassi’s Meiwo

vendredi 12 novembre 2021, par Marc


Fabrizio Modonese Palumbo est de ces artistes qu’on commence à voir partout une fois qu’on les a aperçus une fois. Ainsi, après Almagest !, son duo avec Enrico Degani et son projet ( r ), le revoici avec sa formation Larsen. Sans doute que sa créativité se nourrit de cette diversité et de ces collaborations toujours nombreuses.

Le projet dont il est question a une double origine. Une picturale d’abord avec une série de photo de Jacopo Benassi qui documentait sa résidence à Guangzhou. Et puis forcément un volet musical de Larsen qui a voulu laisser une trace en temps réel pour ses supporters Patreon. Le résultat prend la forme de deux morceaux de la même (imposante) longueur.

N’y allons pas par quatre chemins, ceci est plus aventureux (traduire par ‘rude’) que ce qu’on connaissait de Palumbo. Le nom du groupe n’est donc pas une promesse en l’air. Ce n’est pas exactement bruitiste mais confine au drone, avec un travail particulier relevé d’instruments plus identifiables qui rendent le tout digeste. Le second morceau est plus léger, est presque une invitation au voyage. Et comme pour nous récompenser, cette densité se transforme en intensité pure, dans un genre de post-rock dénué de poncifs et d’une redoutable efficacité.

Instrumental, très libre, structuré tout de même et au final fascinant et plutôt facile d’accès sur la longueur, cet album de Larsen est un bel objet musical pour oreilles curieuses.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)