Accueil > Critiques > 2021

Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP)

mercredi 15 décembre 2021, par marc


Notre vie d’auditeur frénétique est articulée autour de découvertes en tous genres. Aussi quand une jeune compatriote propose un EP personnel aussi soigné, on ne peut que s’en saisir.

Sans surprise, c’est la voix qui est au centre des débats, fort mise en avant. Et ce choix donne du corps et de la cohérence à ce Lac. I Feel part dans un genre de jazz blues moderne, celui qui a été dépoussiéré chez nous par artistes comme Mélanie De Biasio. C’est une extrémité stylistique, la seule en anglais d’ailleurs.

Parce qu’elle privilégie sa langue maternelle pour être au plus près des émotions. Si à titre plus personnel on est moins touchés par le ton plus concerné de Le Renard Passe, le ton est juste. Et les morceaux peuvent aussi monter ou se montrer plus louvoyants (entre deux langues déjà, choix qui laisse toujours perplexe). Les ressemblances et comparaisons ne s’appliquent pas vraiment ici, tout au plus pense-t-on à Camille sur Je Reviens.

C’est sans doute sur le Demain final que son style déjà bien marqué s’exprime le mieux. Mais on n’avait pas besoin de ça pour noter le nom pour plus tard, curieux qu’on est de voir comment ce spectre si large va évoluer. Suivre des artistes est une passion alimentée par des découvertes comme celle-ci.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 15 décembre 2021 21:00, par Laurent

    Cette façon de citer Camille pour appâter le chaland laisse à penser que ce site devient de plus en plus racoleur ! :-D

    Forcément, j’ai donc été obligé d’écouter de toute urgence ce nouveau talent francophone, au terme d’une année 2021 qui en aura prodigué son lot. Encore une belle découverte ajoutée à la liste des noms à suivre. Si le son assez "live" n’enlève rien à la subtilité de l’ensemble, c’est effectivement la voix qui nous enveloppe et séduit le plus immédiatement. Dominique A ferait bien de s’intéresser le plus vite possible à ces chansons et y apporter sa patte, je pense que les sons se marieraient à merveille.

    Tiens, c’est la deuxième fois que j’entends une chanson citer notre Maggie nationale aujourd’hui (après le plus foufou "Maggie débloque" d’Unik Ubik écouté ce matin). Renaud devrait peut-être réenregistrer son "Miss Maggie", il y a matière à tabac de ce côté de la frontière...

    repondre message

    • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 16 décembre 2021 13:11, par Marc

      Oui, racoleur est le mot d’ordre ici, surtout pour attirer le commentateur unique (pas lecteur unique, c’est déjà ça...).

      Bonne idée de soumettre ça à Dominique A, si tu as le numéro je te laisse l’initiative.

      Il faut dire que Maggie a fort opportunément disparu des radars, on n’a pas encore entendu de chanson parlant de son successeur au nom de coureur cycliste...

      repondre message

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)