Accueil > Critiques > 2021

Centredumonde and Garden With Lips - Hiver ! Hiver ! Cannicule Particulière (EP)

vendredi 17 décembre 2021, par marc


Dire qu’il y a un peu plus d’un an on n’avait jamais entendu parler de Centredumonde. Depuis il y eut un EP avec Claire Redor, un autre EP et une collection de démos. On aurait eu de quoi patienter donc mais on ne va pas se plaindre d’avoir de la fraiche à se mettre sous la dent. Trois publications sur la même année, même le Jean-Louis Murat des années fastes ne nous l’avait pas fait.

Le fait qu’il détaille le contexte de chaque morceau sur Facebook est aussi un incitant à l’attachement (qui n’avait pas besoin de ça il faut le dire). On attend donc les notes sur ces morceaux-ci. On l’avoue, Garden With Lips était inconnu de nos services. Quand il assure les lignes de chant, sa voix évoque ce qu’on entendrait chez Benjamin Schoos s’il retrouvait son humour sur ses disques.

Comme le dernier contact auditif qu’on ait eu était une copieuse collection de démos, ceci apparait par contraste comme très bien fini, avec une relative froideur qui va bien au teint (pâle mais volontaire) des morceaux. Des gros synthés qui tachent sont de sortie sur D’un Simple Regard où on retrouve les errances qui parsemaient les démos, cette observation, cet avis forcément extérieur. Le ton est un pourtant un peu différent et cette dance placide et un peu dépressive de Ligne Claire nous plait évidemment énormément. Des articulés met aussi en branle la mélancolie massive et solide qu’on est venus chercher, petits taquins que nous sommes.

Petite marotte toujours présente, la reprise en français d’un tube anglo-saxon des années ‘80. C’est le classique de A-Ha qui s’y colle et si le gimmick est bien là, on découvre que ce morceau est suffisamment bien fichu à la base pour ne pas reposer que là-dessus.

Il existe un monde parallèle de la chanson française (avec des gens comme Institut ou Gratuit !) et pour le moment hors des radars du mainstream (Victoires de la musique ce genre) et de la hype (Les Inrocks et autres que peu de gens suivent finalement) et il est bien excitant. L’univers de Centredumonde et ses amis est toujours plus vaste qu’on ne le pense. Vers l’infini et au-delà donc.

Une dernière caractéristique bien plaisante est que comme toutes les publications citées, celle-ci est proposée en téléchargement gratuit (allez sur le bandcamp ci-dessous).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)