Accueil > Critiques > 2022

Kloé Lang - Aimez-Moi

lundi 11 avril 2022, par marc


Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.

On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort bien, dans une veine fort proche de l’original, mêlant pur classique et des pièces moins fréquentées (Parce Que Je T’Aime). Les arrangements (ils sont tous de Michael Wookey) de cloche sur le second sont plutôt bien vus. La voix tient logiquement les avant-postes dans ces cas-là. Septembre a déjà connu une version presque définitive par Camelia Jordana sur l’album d’Alexandre Tharaud et souffrira un peu de la comparaison, tout comme celle de Le Mal De Vivre se confronte à celle de Pierre Lapointe.

Choisir Janis Joplin est une bonne idée de contrepoint, proposant un style forcément différent et brisant toute velléité de monotonie. Mais dans l’absolu, si ces moments apportent une bienvenue variété, l’accent frenchy est manifeste (encore plus quand elle déclame) et le blues déglingué n’est pas vraiment présent. La (belle) voix claire n’est sans doute pas taillé pour ces morceaux poisseux. Aimez-Moi est un morceau personnel, avec de vrais morceaux de scat dedans qui donne une idée de ce qu’elle ferait seule.

Cet album claque comme une déclaration d’intention et une démonstration de possibilités. C’est en tant qu’exercice qu’il faut sans doute l’appréhender. Double intérêt donc, nous signaler les intentions d’une artiste et l’envie de récouter Barbara d’urgence.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)