Accueil > Musique > 2022 > Julie Lagarrigue - La Mue Du Serpent Blanc

Julie Lagarrigue - La Mue Du Serpent Blanc

vendredi 11 février 2022, par Marc


Le classicisme n’est pas un repli, c’est un parti-pris esthétique, l’inscription dans une prestigieuse lignée. Si on est les premiers à déplorer que des artistes autrefois aventureux comme Pierre Lapointe s’y réfugient, on avait tout de suite accroché le wagon de Julie Lagarrigue. Tout en maintenant un style connu, elle fait évoluer son univers.

Classique donc mais pas vieillot non plus, on sent à la densité des sons, aux arrangements discrets et fouillés qu’on n’est pas là pour faire du café-concert, mais pour produire de la chanson française de qualité, celle qu’on verrait bien estampillée d’un label. Mais pour mériter ce label, il faut quelques qualités qu’on retrouve ici. Par exemple, les mélodies sont limpides pour que la simplicité suffise (Notre Secret, Nuits De Lumière). Question caution, on note la présence de l’ami Nicolas Jules.

Ses sujets ne sont pas liés à l’actualité mais restent foncièrement actuels. On ne peut que se reconnaitre dans J’me Cours Après et les thèmes forts et universels sont intemporels. Les relations mère-fille sont un sujet inépuisable traité avec une belle pudeur sur Ma Douce. Il y a moins de gouaille, plus d’émotion directe (La Mer Est Immense), voire des franches montées musicales (Si Tu La Voyais).

Il y a même un beat sur Regarde Comme Il Danse. Comme pour rétablir l’équilibre, elle enchaine avec Le Tango Des Squelettes, montrant que cette poussée hors du pré carré n’est qu’une incartade. Mais dans le contexte plus large de l’album, c’est ce tango qui apparait comme plus décalé, dans une veine plus humoristique. Il est très subtil, ceci dit, avec des cordes discrètes.

Même au sein d’une facture classique qui fait son charme, il y a des possibilités d’évolutions chez Julie Lagarrigue qui monte son niveau d’un nouveau cran. Et on est déjà impatients de voir où elle va nous emmener.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Julie Lagarrigue - La Mue Du Serpent Blanc 11 février 11:12, par Laurent

    Quel plaisir de retrouver déjà cette artiste découverte récemment ici même... Le précédent album possédait un charme mystique qui le rendait à part, mais après trois écoutes consécutives, cette nouvelle collection de chansons s’infuse dans le cœur et se révèle tout aussi précieuse. Il y a de vraies perles sur ce disque, dont le classicisme n’a en effet rien d’académique ou de simpliste : j’appelle ça du raffinement.

    repondre message

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)