Accueil > Musique > 2022 > Black Country, New Road – Ants From Up there

Black Country, New Road – Ants From Up there

lundi 14 février 2022, par Marc


On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.

Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant l’engagement, cette propension à monter (Concorde). Sans doute que l’âge et la fréquentation trop assidue de ces genres rappellent trop de choses, de My Latest Novel à Modest Mouse aux Guillemots.

Cet album compte des moments prenants évidemment, quand Bread Song se fait intense par exemple. Il y a aussi des morceaux de longueur plutôt ‘post-rock’ comme Basketball Shoes. Avec de vraies éruptions dedans, ils savent ménager des surprises et captiver un auditeur. Ils ne recourent pas souvent aux chœurs cependant. On s’éloigne de la galaxie Arcade Fire, au niveau de l’émotion ressentie surtout. Sur des vraiment longs comme Snow Globes. Ils ne vont pas faire une ‘simple’ montée. Il faut que le chanteur s’efface quand il pousse, que la batterie fasse un long solo devant tout le reste. Le résultat ? Ça fonctionne indéniablement, mais presque malgré eux. Le genre de grand morceau qu’on apprécie de loin mais qu’on ne réécoutera sans doute pas.

Complexe ou tarabiscoté ? Ample ou pompier ? Prenant ou usant ? C’est typiquement le genre d’album qui impose la subjectivité, le ressenti. Dans le genre, c’est un digne rejeton mais pas un premier de classe à même d’oblitérer ce qui a précédé. Plus simplement dit, si on admire le savoir-faire et la maitrise de la complexité, il y a trop de choses qu’on a mieux aimées (tous les exemples disséminés dans l’article) pour en faire un de nos nouveaux sommets. Il arrive cependant à canaliser son aspect tortueux pour que l’émotion puisse pointer le bout de son nez de façon sporadique. Il donne surtout envie de réécouter plein de choses qu’on a pris avec soi au fil des années.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Black Country, New Road – Ants From Up there 14 février 11:37, par Laurent

    Je te rejoins sur certaines choses. Je pense qu’objectivement, c’est pas loin d’être un petit chef-d’œuvre. Les progrès réalisés - en un an ! - depuis le premier album sont bluffants, et les chansons sont toutes excellentes. Après, d’un point de vue strictement subjectif, je ne suis pas sûr non plus d’y revenir souvent. Je le refais avec les artistes que tu cites (My Latest Novel, Guillemots, je pense aussi dans ce registre à Los Campesinos) et c’est sans déplaisir, mais peu de titres restent forts sur la longueur. À l’instant T, cet "Ants from Up There" est un très grand album je trouve... mais j’ai des a priori sur sa longévité.

    repondre message

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)