Accueil > Musique > 2022 > Bodi Bill - I Love You I Do

Bodi Bill - I Love You I Do

mercredi 30 mars 2022, par Marc


Parce qu’un jour on a croisé le chemin de l’inoubliable clip de Somebody Is, on a fondu à jamais pour The/Das. Il faut dire que leurs deux albums étaient pas loin d’être fantastiques. On est donc forcément curieux d’écouter le quatrième album de l’autre projet de Fabian Fenk et Anton Feist (rejoints ici par un certain Alex Stolze) et on retrouve vite des plaisirs proches.

Ils gardent une belle amplitude de genre mais les extrémités ne sont pas les mêmes, avec une propension à déborder vers le rock alors que The/Das s’engageait par moments vers une house inspirée. Sans vouloir faire une liste de différences, peut-être que ceci est un rien moins percutant parce que le genre de base est plus policé. Comment ne pas en faire de la house chantée molasse dès lors ?

On se bornera à le constater, à détecter les moments qui sortent de l’ordinaire, ceux qui injectent du peps à Self Improvements. Une autre façon de pousser le morceau est de proposer plusieurs visages avec un gimmick léger à la clé sur Cluster. On en est presque étonnés d’entendre un morceau plus simplement uptempo (Big Gong Sounds), dans une veine plus pop-rock. C’est cette même poussée sur Peruhu qui les emmène dans les eaux chaudes de Tv On The Radio. Ce rapprochement peut d’ailleurs être fait d’une manière générale pour un des deux vocalistes. Quand ils utilisent des teintes plus soul de Close mais là aussi, la densité surgit sans coup férir.

S’il y a des poussées de fièvre, ce n’est jamais le gros emballement (Good Advice), quitte même à le suspendre de façon abrupte. On pense aussi à Moderat donc ils pourraient être le versant plus tempéré. Ils partagent avec eux et d’autres comme The Notwist une façon peut-être teutonne de manier le chaud et le froid en s’appuyant sur un savoir-faire hors-pair. On avait dit tout le bien qu’on pensait de The/Das et en tant qu’extension de cet univers, c’est un supplément varié et enlevé que propose Bodi Bill. Moins uniformément brillant peut-être mais tout aussi réjouissant et plus éclectique. Ces Allemands-là ont décidément du talent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)