Accueil > Musique > 2022 > Basia Bulat - The Garden

Basia Bulat - The Garden

lundi 7 mars 2022, par Marc


La relecture de ses propres morceaux n’est vraiment pas une idée neuve mais quand il y a un point de vue, une cohérence, une discographie solide, c’est souvent un exercice valorisant. On a dit tout le bien qu’on pensait de ce que Fink ou Patrick Wolf avaient fait de leurs œuvres, été plus mitigé sur le résultat des Tindersticks. La tellement attachante Basia Bulat s’y frotte également.

Le fil conducteur ne sera pas long à trouver, ce sont surtout des arrangements de cordes qui orchestrent ces morceaux pour cet album qui n’a rien d’un dégoulinant album symphonique. On note que parmi les trois arrangeurs il y a un certain Owen Pallett qui multiplie les bons coups tout seul ou en support, lui qui peut aussi bien être sur scène avec Arcade Fire ou enluminer les morceaux de Taylor Swift, Haïm ou Pierre Lapointe (échantillon vraiment pas exhaustif). Les autres sont Paul Frith et Zou Zou Robidoux, moins connus de nos services mais visiblement très à leur affaire.

Ces atours fonctionnent évidemment très bien. Et comme il y a 16 morceaux (4 fois plus que sur l’EP de remixes à base de cordes de Phoebe Bridgers), on puise allègrement dans une [belle discographie-486], avec presque tous ses morceaux phares. D’une manière générale, les versions ralenties sont les moins percutantes, I Was A Daughter ou Go On étant plus alambiquées que leurs percutantes versions originales. Au contraire, certains morceaux prennent encore plus d’ampleur comme Good Advice.

La voix de Basia Bulat est toujours magnifique, avec l’ultime classe d’en garder souvent sous la pédale même si ces relectures laissent de la place au chant. Pour ceux qui ont atteint 2022 sans entendre Basia Bulat, pourquoi ne pas commencer par ici ? Peut-être parce cet album prouve aussi par l’absurde à quel point ses morceaux sont bien produits sur ses albums et peuvent garder leur intimité sans renoncer à une certaine ampleur. C’est surtout en tant que bienvenue dose supplémentaire et comme éclairage oblique sur de très belles chansons que ces Garden Versions donnent leur meilleur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)