Accueil > Critiques > 2022

Destroyer - Labyrinthitis

vendredi 25 mars 2022, par marc


On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.

Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il faut le dire a nous a fourni quelques abominations (Toto, misère). Evidemment, le jeunisme n’est pas la seule option possible mais force est de constater que bien des artistes ont souvent le choix entre faire semblant d’être toujours jeune ou risquer de s’affadir.

La musique de Dan Bejar a toujours été adulte, policée, raffinée mais elle ne vire jamais à l’ennui. Il faut sans doute l’avoir vu en concert pour se rendre compte à quel point les musiciens qui l’entourent sont excellents. Certes, ce n’est pas une anomalie dans le paysage indé nord-américain, mais ce qui pourrait apparaitre comme exceptionnel est juste la norme à ce niveau-là.

Mais adulte ne veut pas dire sclérosé et outre sa poésie toujours étrangement précise, il se permet quelques incongruités. Par exemple, cet album commence par un morceau aussi long et lent. Peut-être pour faire ressortir Suffer à sa suite ? Le côté spectaculaire du morceau dans une veine presque eighties fait mouche en tous cas et c’est comme toujours un album pour ceux qui en écoutent encore bien entendu. On retrouve sur celui-ci un son synthétique teinté d’années ’80, avec des basses qui slappent, voire un son full disco sur It Takes A Thief, avec une densité de son dingue qui empêche le morceau d’être lisse. On sait que le chant très particulier de Dan Bejar s’accomode très bien de ce style qui permet aussi de se lancer dans des poussées plus electro) (incroyable Tintoretto, It’s For You)

La perception est évidemment subjective. On avait moins goûté la froideur de Kaputt par exemple mais on a fondu tout de suite et durablement pour ce Layrinthitis (nom d’une infection de l’oreille interne troublant l’équilibre). On sent tout l’allant d’All My Pretty Dresses ou Eat The Wine, Drink the Bread. Et même avec un tempo plus lent, l’intensité est là (June), avec de l’espace pour que sa verve puisse s’exprimer au mieux. On parle parfois de X-factor pour définir ce petit plus qui distingue un artiste de ses semblables. Et Dan Bejar l’a toujours eu et n’est pas près de le céder.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Islands - And That’s Why Dolphins Lost Their Legs

    Peu de groupes ont pu garder une image de sympathie aussi tenace au fil des années. Avec ce neuvième album pour autant de critiques ici, pas de doute, on est en terrain connu. La continuité est aussi assurée par ce line-up inchangé depuis le dernier album et le même Patrick Ford qui assure la production tout comme celle de !!!.
    Ce titre d’album fait une entrée immédiate dans les plus improbables. (...)