Accueil > Musique > 2022 > Band of Horses - Things Are Great

Band of Horses - Things Are Great

mercredi 16 mars 2022, par Marc


On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.

Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur insurpassable premier album ? Peut-être. Et Crutch (single annoncé comme The new single from the 3rd best band in the Carolinas) confirme cette excellente impression. Leurs guitares, la voix de Ben Bridwell ne s’expriment jamais aussi bien que quand il y a un peu de niaque.

Ils quittent cependant leurs tendances plus soft-rock et on sera les derniers à le déplorer. Mais pas pour longtemps, Tragedy of The Commons est plus discret, avant de presque s’effacer complètement. Vu comme moment d’apaisement et non plus comme base de l’album, ce ton-là nous plait aussi. Leur style, c’est de toute façon cet entre-deux entre americana et dream-rock brumeux. C’est le versant plus compact de la musique des grands espaces de The Besnard Lakes (In The Hard Times).

Il y a donc ces moments où la balade se fait intense (In Need of Repair) et rien que pour ça on ne regrette pas le déplacement. Sans doute qu’on ne prête qu’aux riches, ou à tout le moins à ceux qui nous ont déjà fait vibrer mais on les suit sur Lights. Il suffit donc d’un peu d’énergie occasionnelle pour secouer de temps à autres le rock brumeux de Band of Horses. Ce Things Are Great y trouve un équilibre inattendu et bienvenu. Retrouver des amis en forme est un plaisir ineffable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Band of Horses - Things Are Great 16 mars 09:02, par Laurent

    Pas sûr d’avoir un jour vraiment frissonné à l’écoute d’un album de Band of Horses, quoique l’expérience se fût toujours révélée agréable. Au fil des années, le plaisir s’est parfois dissipé jusqu’à flirter avec l’indifférence, mais on le retrouve vraiment intact avec ce "Things Are Great" au titre pas galvaudé. Il y manque sans doute un vrai tube (bon allez, Crutch s’en rapproche) mais l’analyse que tu fais de l’équilibre proposé est totalement pertinente. Comme quoi ce site aussi vieillit bien ! :-)

    repondre message

    • Band of Horses - Things Are Great 20 mars 10:55, par Marc

      J’avoue que je m’étais lancé dans l’écoute en sachant que les chances de décrocher à la moitié n’étaient pas nulles...

      Quant au site, après 2000 critiques, on va dire que c’est le métier qui rentre lentement !

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)