Accueil > Musique > 2022 > Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

vendredi 1er avril 2022, par Marc


Le hasard est étrange et il fait coïncider la guerre en Ukraine et une menace nucléaire brandie et cet album antimilitariste du Bruxellois installé à Londres Diego Philips. Très ému par une visite du musée de la paix d’Hiroshima, il écrit cet EP qui relate l’histoire d’un jeune garçon appelé Yuki, qui voit sa vie être complètement bouleversée par les bombardements.

On retrouve le côté folk-pop toujours plaisant de Diego. Le bon côté c’est que ce n’est absolument pas plombant malgré le propos mais une oreille distraite ne détectera jamais la profondeur. Quand on écoute The Final Cut, on comprend le contexte sans même avoir besoin d’en décoder les paroles. Ou peut-être que c’est notre acception de l’album-concept qui est étriquée. C’est moins immersif donc mais on dira que ça fonctionne sur deux plans.

La musique n’est pas gentillette pour autant. Si en surface la base est une musique folk-pop accessible, il y a plusieurs couches. Comme sur l’album qu’on avait apprécié, le ton peut monter, nous gratifiant de moments de musique qui valent à eux seuls le déplacement, comme cette guitare très libre et une rythmique qui s’emballe sur End Of The World (Part. II). Et puis surtout, c’est beau et certains morceaux se distinguent comme Goodnight Little Boy ou End Of The World (Part. III) où la chanteuse Magda Skyllbäck dégage toute l’intensité voulue.

Un beau sujet et une belle réalisation, voilà ce qu’on peut conclure de cet I Am Yuki même si la forme ne laisse rien deviner du fond. Ce n’est évidemment pas une réticence parce que le plaisir de l’auditeur est là. Et surtout, cet EP confirme que Diego Philips est un auteur qui peut développer un univers.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)