Accueil > Musique > 2022 > Edgär - Secret

Edgär - Secret

mercredi 13 avril 2022, par Marc


Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.

On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser qui nous avait donné envie d’en savoir plus. Il faut dire que ce Dictators est franchement catchy et le reste. C’est leur première facette plus flamboyante qu’on retrouve dès Nuit. La pop uptempo en français peut se révéler déroutante dans sa frontalité (Me Voudras-Tu). Mais c’est un genre qu’ils peuvent défendre avec brio comme le prouve The Lights. Le premier degré est de mise aussi sur Réveille-moi qui pourrait être une relecture electro de Christophe.

A l’opposé du spectre, on retrouve des morceaux presque folk mais rehaussés de nappes de synthés (Dead End). Outre le single qui claque, c’est cette inclination aussi incarnée par Secret qui plait le plus. Mais c’est à titre personnel, il est très probable que ça varie en fonction de l’auditeur.

Etrange objet que voilà, né des envies complémentaires et presque contraires de deux comparses et dont l’équilibre se modifie en permanence. Difficile d’adhérer à tout donc, mais impossible de ne pas en aimer au moins une partie. A vous de faire votre choix.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Edgär - Secret 14 avril 19:38, par Laurent

    En préambule, je précise n’avoir jamais entendu parler d’Edgär avant la lecture de l’article et à première vue, le combo a déjà pas mal de bouteille. Ça s’entend par ailleurs sur les titres fort aboutis de cet album, et une identité bien marquée qui constitue pour moi une sorte de chaînon manquant entre Aaron et Indochine (sans ironie). J’avoue être de ceux que la fibre sensible (Dead End, Secret) aura davantage séduits, là où le côté radiophonique d’un The Lights m’a totalement laissé sur le carreau. Adhésion partielle donc, mais découverte franchement enthousiasmante... et les deux tubes introductifs sont bel et bien irrésistibles !

    repondre message

    • Edgär - Secret 15 avril 16:04, par Marc

      Oui je vois le côté Indochine pour le premier degré complètement assumé et l’envie de morceaux qui claquent. En parlant de claques, tu sais ce que je pense de la bande à Sirkis...

      Mais j’ai tout de suite adhéré ici et l’apposition de deux genres fonctionne à plein sur la longueur de l’album.

      repondre message

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)

  • Rovski - La Proie Est Reine

    Quand on découvre une nouvelle formation, il est logique de chercher les ressemblances, de retrouver du terrain connu. Ainsi le duo formé de Sonia et Olive manifeste tout de suite un amour des combinaisons vocales qui peuvent aussi faire penser à la créativité de Camille (Sous L’Eau) ou des débuts de Daphné. Mais ce n’est qu’une de leurs aspirations.
    Non, ce n’est pas encore cette fois-ci qu’on appréciera le chant en Espagnol (psychanalyse en cours). Ceci dit, c’est très en ligne avec des tendances (...)