Accueil > Critiques > 2022

Jawhar - Tasweerah

vendredi 8 avril 2022, par marc


Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.

L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born Again). La voix apportera toujours un rapprochement avec Drake et c’est toujours une qualité. L’évolution est donc à chercher ailleurs. Malguit lorgne plutôt du côté de Tindersticks ou de Spain. On pense aussi à la formation de Stuart Staples quand il augmente un peu le tempo (Schizo Hyout).

On note aussi un ton plus blues (Chsar) qui lui va très bien aussi. C’est intense à souhait et le gimmick à l’orgue planqué dans le mix fait vraiment mouche, tout comme la montée finale de Dima Maak. Et il y a toujours cette simplicité qui séduit encore (Famila Song). Le son est plus franc, plus direct (C Z), avec cette façon d’instiller de la tension et de la beauté. On peut le rapprocher aussi d’autres artistes qui se sont extraits brillamment de leur ressemblance au maître anglais, Will Stratton en tête. Réussir le mid-tempo est un art compliqué mais visiblement maitrisé. (Been Been).

Un talent peut s’éparpiller mais en général ne se perd pas. Celui de Jawhar est bel et bien là, trouvant de nouvelles formes pour sortir d’un carcan brillant mais qui ne demandait qu’à craquer. Ce n’est pas la solution de facilité, et c’est déjà remarquable, mais le résultat est tout aussi enthousiasmant que ce qui nous avait déjà plu chez lui.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)