Accueil > Critiques > 2022

Gabriiel – Treasure in The Garden

mercredi 4 mai 2022, par marc


Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.

La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la force tranquille qu’on avait déjà tant aimées chez Dan San. Il garde sa propension à être plus pop et direct à l’occasion. La conjonction de cette aptitude et des versants plus sombres fonctionne sur la longueur en tous cas. Surtout qu’il passe sans cesse de l’un à l’autre au sein même d’un morceau (Sleeping), cassant tout aspect linéaire ou convenu. Après deux morceaux, tout est déjà posé.

Mais ce folk ample parfois relevé de roulements de batterie n’est pas la seule chose qu’on entend ici. On entend déjà sur Paradise quelques samples, une pulsation plus électronique sans que le propos ne semble le moins du monde dénaturé. Il tente déjà l’échappée hors du carcan folk et on peut dire que c’est une louable intention. Il y a de l’intensité sur I Believe qui pousse le curseur encore un peu plus loin. Oui, l’album est séquencé de façon pertinente. Est-ce que les sons plus synthétiques de Life and More annoncent un revirement ? Trop tôt pour le dire sans doute mais force est de constater que si c’est réussi, le résultat est sans doute un peu plus convenu aussi. On replonge donc avec plaisir dans la beauté simple du Please final.

Les promesses d’un EP brillant se voient confirmer et on décèle déjà quelques pistes d’évolution. Bref, c’est un bon album pour le présent et un artiste définitivement à suivre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)