Accueil > Critiques > 2022

Baby Fire – Grace

vendredi 6 mai 2022, par Marc


Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.

On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi l’entendre de façon pertinente dans une émission on ne peut plus sérieuse sur une émission historique pour parler de punk et de CRASS plus précisément. De façon peu fortuite donc, on note la présence d’Eve Libertine ici. Et ce n’est pas la seule invitée d’ailleurs, le casting regroupe du beau monde. On souligne tous les six mois à quel point l’apport de G.W. Sok est bienvenu. Avec des collaborations avec Coddiwomple, Filiamotsa, Club Cactus, Oiseaux-Tempête ou Unik Ubik, il devient le feat le plus productif qu’on connaisse et c’est encore une fois bien vu.

Le tempo est plus lent, définitivement. Ce qui n’empêche pas les prises d’intensité, bien au contraire, Grace se densifie ainsi d’une belle façon. Il faut dire qu’il n’y a rien de moins que Mike Moya de Godspeed You ! Black Emperor en renfort, ça compte. Pour l’anecdote, on se rappellera avoir vu le duo en première partie de la légendaire formation post-rock canadienne.

De sporadiques, les rapprochements avec PJ Harvey sont maintenant plus fréquents et pertinents. Moins de fureur donc mais l’intensité est là sur Fleur de Feu (nom d’un autre projet de Dominique Van Cappellen-Waldock, allez vous y retrouver...). Ces morceaux osent rester en suspension, en installation (Prayer), ou moduler de la densité pure sur Dance ! Elles se permettent aussi quelques harmonies vocales de temps à autres, notamment avec Laetitia Sheriff sur Eternal.

Disons-le tout de suite, on adhère complétement à la relative métamorphose du maintenant trio. La fureur pure cède progressivement la place à une intensité de très bon aloi. Une belle brochette d’invités vient relever ce retour qu’on n’aurait jamais osé espérer aussi réjouissant.

https://babyfire.bandcamp.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Baby Fire – Grace 6 mai 2022 18:22, par Laurent

    C’est cocasse quand tu dis que tu gardes le souvenir d’un disque abrasif mais que "onze ans plus tard, la situation a bien changé". Nom de djos, moi ça m’a bien abrasé cette affaire ! Je ne connaissais pas du tout cette Dominique (pas plus que la majorité des featurings) mais ça brûle. PJ Harvey ? Oui, bien sûr. J’ai aussi pensé en vrac à Carla Bozulich, Shannon Wright, Siouxsie, Scout Niblett... bref rien que de l’incandescent. Joli brûlot, comme on dit.

    repondre message

    • Baby Fire – Grace 7 mai 2022 20:12, par Marc

      Disons que ça reste abrasif mais avec un grain plus fin (la métaphore Brico, c’est pas de ouf...). Le dossier de presse cité Carla Bozulic, bien vu. Cette Dominique reste donc une valeur sûre de l’alternatif de par chez nous, pas de doute là-dessus.

      repondre message

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)