Accueil > Musique > 2022 > Baby Fire – Grace

Baby Fire – Grace

vendredi 6 mai 2022, par Marc


Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.

On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi l’entendre de façon pertinente dans une émission on ne peut plus sérieuse sur une émission historique pour parler de punk et de CRASS plus précisément. De façon peu fortuite donc, on note la présence d’Eve Libertine ici. Et ce n’est pas la seule invitée d’ailleurs, le casting regroupe du beau monde. On souligne tous les six mois à quel point l’apport de G.W. Sok est bienvenu. Avec des collaborations avec Coddiwomple, Filiamotsa, Club Cactus, Oiseaux-Tempête ou Unik Ubik, il devient le feat le plus productif qu’on connaisse et c’est encore une fois bien vu.

Le tempo est plus lent, définitivement. Ce qui n’empêche pas les prises d’intensité, bien au contraire, Grace se densifie ainsi d’une belle façon. Il faut dire qu’il n’y a rien de moins que Mike Moya de Godspeed You ! Black Emperor en renfort, ça compte. Pour l’anecdote, on se rappellera avoir vu le duo en première partie de la légendaire formation post-rock canadienne.

De sporadiques, les rapprochements avec PJ Harvey sont maintenant plus fréquents et pertinents. Moins de fureur donc mais l’intensité est là sur Fleur de Feu (nom d’un autre projet de Dominique Van Cappellen-Waldock, allez vous y retrouver...). Ces morceaux osent rester en suspension, en installation (Prayer), ou moduler de la densité pure sur Dance ! Elles se permettent aussi quelques harmonies vocales de temps à autres, notamment avec Laetitia Sheriff sur Eternal.

Disons-le tout de suite, on adhère complétement à la relative métamorphose du maintenant trio. La fureur pure cède progressivement la place à une intensité de très bon aloi. Une belle brochette d’invités vient relever ce retour qu’on n’aurait jamais osé espérer aussi réjouissant.

https://babyfire.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Baby Fire – Grace 6 mai 18:22, par Laurent

    C’est cocasse quand tu dis que tu gardes le souvenir d’un disque abrasif mais que "onze ans plus tard, la situation a bien changé". Nom de djos, moi ça m’a bien abrasé cette affaire ! Je ne connaissais pas du tout cette Dominique (pas plus que la majorité des featurings) mais ça brûle. PJ Harvey ? Oui, bien sûr. J’ai aussi pensé en vrac à Carla Bozulich, Shannon Wright, Siouxsie, Scout Niblett... bref rien que de l’incandescent. Joli brûlot, comme on dit.

    repondre message

    • Baby Fire – Grace 7 mai 20:12, par Marc

      Disons que ça reste abrasif mais avec un grain plus fin (la métaphore Brico, c’est pas de ouf...). Le dossier de presse cité Carla Bozulic, bien vu. Cette Dominique reste donc une valeur sûre de l’alternatif de par chez nous, pas de doute là-dessus.

      repondre message

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)