Accueil > Critiques > 2022

Solah - Ballades

mercredi 1er juin 2022, par marc


On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.

Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et en tant que fondateur de Mandaï distribution. Et cet album sort sur Cheap Satanism, label qu’on ne peut soupçonner de basses manœuvres commerciales. Alors on entend quoi, des reprises déstructurées, des versions metal ou narquoises ? Pas du tout. Tout d’abord, le choix des morceaux rend hommage à un être cher et disparu. Ensuite, l’autre revendication est l’influence du guitariste Derek Bailey qui avait réinterprété seul à la guitare des classiques du Jazz.

Parce que c’est ça le corps de cet album, une relecture minimaliste à la guitare électrique. Cet album est plus clairement destiné à une frange aventureuse de l’auditorat plutôt qu’aux inconditionnels des versions de base. J’aime à croire que c’est votre cas.

Mais à part l’Eté Indien qui devient une plage un peu expérimentale méconnaissable, on retrouve quelques mélodies incroyables qu’on connait tous (Un Homme Heureux) pour une relecture qui apaise et nous réconcilie avec beaucoup de ces morceaux. Le monde des séries est très friand de ces reprises décalées et on imagine aisément quelle exploitation on pourrait en faire, même si le répertoire purement francophone n’aiderait pas. Bref, cet album de reprises est celui dont on avait besoin sans le savoir.

https://www.cheapsatanism.com/products/722779-solah-ballades

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Solah - Ballades 5 juin 2022 14:33, par Laurent

    Comme quoi une bonne chanson reste une bonne chanson... Le "problème" s’il y en a un avec les titres originaux ce sont les arrangements, mais les mélodies n’en sont pas moins imparables. Le traitement est donc d’autant plus déroutant que l’artiste ne vise pas la virtuosité. Parfait pour une séance de méditation transcendantale pour les gens pas fans de gongs.

    repondre message

    • Solah - Ballades 10 juin 2022 08:42, par Marc

      C’est vrai que ces versions mettent en valeur les qualités de ces morceaux et que c’est une musique de fond idéale. Testé et approuvé !

      repondre message

  • Theophilus London - This Charming Mixtape

    Si c’est offert, je me sers...
    Le statut de ce Theophilus London est un peu difficile à comprendre au regard de cette Charming Mixtape sortie en ce début 2009. Rapporté comme étant un jeune Mos Def, il semblerait ainsi que ce soit un MC, un vocaliste jammant dans les clubs de Brooklyn, sur des beats composés ou mixés par MachineDrum.
    Et pour ceux qui s’intéresse au style, aux découvertes, aux (...)

  • Frank Riggio - Anamorphose

    The Tobin Replica
    Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.
    Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette (...)

  • Cat Power - Jukebox

    La danse du chat
    C’est en tentant d’écrire cet article que je me rend compte de la difficulté de parler de Cat Power et du présent album, que je comprends pourquoi Marc y a renoncé. Car de Cat Power se libère un sentiment incertain, un sentiment particulier pour cet album, d’accroche forte et de répulsion qui au final tend peut-être vers le piège de l’indifférence. Ce sentiment ne date pas d’hier, (...)

  • Susanna And The Magical Orchestra : Melody Montain

    Des reprises pour déshabiller les morceaux
    Qu’est-ce qui se passe, les filles ? Qu’est-ce qui vous déprime comme ça ? Répondez-moi Jana (Hunter), Marissa (Nadler), Sibylle (Baier) ou El Perro del Mar. Ca m’intéresse.
    En quoi cela concerne-t-il Susanna et son orchestre magique ? Tout simplement, ces reprises sont empreintes d’une telle mélancolie tenace qu’on ne peut que l’associer à la pléthore de (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)