Accueil > Musique > 2022 > La Jungle - Ephemeral Feast

La Jungle - Ephemeral Feast

lundi 13 juin 2022, par Marc


Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.

Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition comme tribale (Another Look To The Woman In The Loom ) et c’est là qu’ils donnent leur meilleur. Couleur Calcium nous met dans le même état de relâchement que le premier Foals et ses prestations survitaminées. Ce qui est visé c’est la transe et on peut dire qu’ils y arrivent sur Rivari. Cette fausse lourdeur qu’on avait déjà aimé chez Liars se retrouve sur De Verna. On sent dans Hollow Love que peut partir à tout moment. C’est l’effet magique de la tension qui n’a même pas besoin de puissance pour s’exprimer.

Mais de puissance il est aussi question parce qu’ils se font parfois vraiment furieux (No Eyes) et on aime ce déferlement qui ne perd jamais la ligne mélodique ni même un certain charme psyché. On termine par une longue plage plus apaisée, comme pour faire retomber la température. On avait eu droit à ce genre de sas de décompression sur l’album précédent. Rémy Venant et Mathieu Flasse gardent donc leur force d’impact intacte et on ne se lasse pas de cette luxuriante jungle.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)