Accueil > Critiques > 2022

La Jungle - Ephemeral Feast

lundi 13 juin 2022, par marc


Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.

Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition comme tribale (Another Look To The Woman In The Loom ) et c’est là qu’ils donnent leur meilleur. Couleur Calcium nous met dans le même état de relâchement que le premier Foals et ses prestations survitaminées. Ce qui est visé c’est la transe et on peut dire qu’ils y arrivent sur Rivari. Cette fausse lourdeur qu’on avait déjà aimé chez Liars se retrouve sur De Verna. On sent dans Hollow Love que peut partir à tout moment. C’est l’effet magique de la tension qui n’a même pas besoin de puissance pour s’exprimer.

Mais de puissance il est aussi question parce qu’ils se font parfois vraiment furieux (No Eyes) et on aime ce déferlement qui ne perd jamais la ligne mélodique ni même un certain charme psyché. On termine par une longue plage plus apaisée, comme pour faire retomber la température. On avait eu droit à ce genre de sas de décompression sur l’album précédent. Rémy Venant et Mathieu Flasse gardent donc leur force d’impact intacte et on ne se lasse pas de cette luxuriante jungle.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)