Accueil > Musique > 2022 > Déclic Vol 1 : Mutant

Déclic Vol 1 : Mutant

lundi 20 juin 2022, par Marc


Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.

Difficile donc de discerner les intervenants et c’est très bien comme ça. Mais ou des exercices comme FUCTAPE partent dans énormément de directions, cet album reste remarquablement cohérent. Sans doute que ce line-up fait d’opportunités a induit cet entrechoquement. Typiquement, le saxophone pourrait être absent de bien des morceaux sans laisser un trou béant. Mais en tant que tels, ces morceaux restent cohérents et ce sax ajoute du liant entre les morceaux en plus d’une touche de liberté bienvenue. On pense un peu au piano de Chilly Gonzales en liberté chez Plastikman mais le fond est moins minimal.

Entrechoquement aussi sur Circles Take où des structures techno appuient un sax très free jazz pour une belle giclée d’euphorie. Ils n’ont même pas besoin de sortir les beats pour que ça fonctionne. De belles structures denses pouvant déboucher sur des entrelacs de percussions (Outrolude) pour un résultat lumineux. Oui, il y a un peu de voix (triturées) sur Wind mais ce ne sont pas elles qui prennent le plus de place. Fort heureusement aussi, les morceaux plus louvoyants comme 6.1.10 n’en deviennent jamais arides, il y a toujours de l’air et de la lumière. Ils nous laissent avec une dernière longue plage Nican qui n’est pas qu’un sas de décompression et qui convoque de bons vieux breakbeats

Malgré le vocabulaire abstrait utilisé ici, cet album de jazz electro de haute tenue est remarquablement accessible et cohérent. Dans le genre, il se profile comme un des meilleurs exercices de l’année et pourra servir d’introduction à beaucoup d’artistes qu’on ne connaissait pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)